Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2021

Cop26 : par avion ou en visioconférence, c'est kif-kif

A tous ceux qui estiment qu'il vaut mieux faire la Cop26 par visioconférence, apprenez ceci :

Sur le plan des émissions de gaz à effet de serre, l'utilisation d'Internet représente 3,7% des émissions mondiales, c'est-à-dire l'équivalent de tout le trafic aérien du monde. En matière d'émissions de CO2, internet pollue 1,5 fois plus que le transport aérien. La moitié des gaz à effet de serre produits par internet provient de l'utilisateur, l'autre moitié étant divisée entre le réseau et les data centers.

Regarder une heure de vidéo consomme autant d'électricité qu'un réfrigérateur pendant une année.

Un internaute par an c'est aux alentours de 200 kilos de gaz à effet de serre, 3000 litres d'eau et environ 350 kwh d'énergie donc c'est une empreinte relativement conséquente. 200 kilos de gaz à effet de serre c'est à peu près ce que va émettre l'utilisation de dix ordinateurs portables. Et cela équivaut aux émissions de CO2 émises par une voiture parcourant 1400 km.

Cop26, Environnement, carbone, Madagascar, Internet, visioconférence

Moi, en train de polluer la planète !

En effectuant la recherche de ces infos sur Google, j'ai consommé autant qu'une ampoule pendant une heure. Or, il y a 180 milliards de recherches effectuées par heures sur Google, cela équivaut à 16 kilos de Co2 émis chaque seconde. Un mail envoyé = 20 grammes de Co2 (avec quelqu'un en copie = +6 grammes de Co2). Or, 26 grammes de Co2 c'est la consommation d'une ampoule pendant 1 heure.

Alors, pour réduire votre empreinte carbone, désactivez vos notifications, triez et supprimez les mails inutiles, sinon ils sont stockés sur un serveur, ce qui émet 19 grammes de gaz à effet de serre par jour. On appelle ça la “pollution dormante”, Faites un bilan de votre activité numérique pour désactiver ou désinstaller les applications peu ou pas utilisées.

Dans l'ère numérique, paradoxalement, plus on « dématérialise », plus on utilise de matière et d'énergie... L'extraction de ces minerais est très coûteuse pour l'environnement : elle exige beaucoup d'énergie (fossile), d'eau et de ressources.

Écrire un commentaire