Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2016

Racisme, drogue et soul music : Barack Obama redécouvert !

Miracle des grandes surfaces. Je suis venu acheter des nécessaires de toilettes et j'en suis sorti avec un livre sous les bras : une réédition de l'autobiographie de Barack Obama. A lire avec Billie Holiday en musique de fond...

IMG_0005.JPG

Mea culpa. Je ne suis pas un super fan d'Obama. Je l'ai écrit ici, en 2008, que s'il sera élu, ce sera parce que "la crise financière... retournerait la masse populaire américaine contre les Républicains, à l’origine du « capitalisme fou », à laquelle s’ajoute une solidarité retrouvée des Démocrates dont les sympathisants d’Hillary Clinton décideraient finalement de rallier Obama". J'estimais aussi qu'il doit surtout sa réussite à sa femme.
Depuis, mon opinion sur lui a évolué dans le bon sens après qu'il ait réussi à se faire réélire pour un deuxième mandat. Et depuis hier, j'ai découvert un Barack qui existait avant Michel en lisant son autobiographie, "Les rêves de mon père". qu'il a écrit en 1995, à une époque où personne n'aurait misé un penny sur la chance d'un noir d'être élu président des Etats-Unis.
J'ignore si un nègre est derrière, mais c'est pas mal écrit. Entre les tourments d'un gosse qui ne s'explique pas l'absence de son père et les cris intérieurs d'un black frustré par le racisme ambiant, on découvre que c'est un garçon comme un autre dans l'Amérique des années 70, qui aime la bringue et qui carbure aux joints. "L'herbe m'avait aidé, et l'alcool; parfois une petite ligne de coke, quand on pouvait se la payer. Mais pas d'héro", confie-t-il. Son aversion de l'héro est dû à un bad trip avec son "initiateur" (sic), Micky. "Il avait sorti l'aiguille et la seringue, et quand je le regardai (...) une image me traversa l'esprit, celle d'une bulle d'air, brillante et ronde comme une perle, qui roulait tranquillement à travers une veine et arrêtait mon coeur..."
J'ai beau chercher, mais je n'arrivait pas à trouver le nom de ce politicien américain à qui on a refusé un poste de ministre car il a pris de la beuh dans sa jeunesse. Barack Obama a donc de la chance. Apparemment, on lui pardonne tout. Même ses réflexions racistes. "Il n'y avait personne comme moi dans le catalogue de Noël de Sears Roebuck... et que le père Noël était un blanc". La journaliste de Fox News, Megyn Kelly, s’est retrouvée au centre d’une polémique après avoir affirmé à l'antenne que le Père Noël avait la peau blanche.
Mais la bio de Barry, pour ses amis du collège, Bar pour ses grands-parents, n'est pas qu'une succession d'anecdotes à sensations. C'est un véritable roman qui flirte parfois avec la philosophie et qui, dès la première page, ne vous lâche plus.
Ceci dit, je persiste à dire, à l'attention des Africains qui ont beaucoup espéré en lui pour changer les choses en Afrique et aux autres qui croyaient qu'il va prendre le contrepieds de George W. en matière de politique étrangère, avant de déchanter, que Barack Obama se sent avant tout Américain plutôt que Kenyan. Daech et Guantanamo (qu'il a pourtant promis de fermer en 2008) en sont les preuves.
Randy

04/12/2015

La Culture : combien de divisions ? *

Le clash entre les artistes et la ministre de la Culture à propos de la direction de l'Omda amène à s'interroger sur la place de la Culture à Madagascar.



Quand Lego parodie Lego : "Birizity", adressé à Brigitte Rasamoelina, filmé par Vavah.

Le ministère de la Culture était toujours le parent pauvre du gouvernement. La raison est que les régimes qui se sont succédé ignoraient le poids économique de la Culture. La Culture rapporte au pays. Et pas seulement de l'argent mais aussi des emplois. Par exemple, parmi les deux raisons majeures font venir les touristes à Madagascar figurent la Culture
Il importe donc d'évaluer un "PIB culturel", calculer les valeurs ajoutées du spectacle vivant, du patrimoine, des arts visuels, de la presse, du livre, de l'audiovisuel, de la publicité, de l'architecture, du cinéma, des industries de l'image et du son ainsi que l'accès au savoir et à la culture, c'est à dire les bibliothèques et les archives...
Il faut savoir que les activités culturelles ont un effet d'entraînement sur le reste de l'économie grâce aux activités induites comme les matériaux utilisés, les loyers, l'électricité...
En France, la Culture contribue 7 fois plus au PIB français que l'industrie automobile avec 57,8 milliards d'euros de valeur ajoutée par an. A leur époque, les Beatles était considéré comme un des meilleurs produits d'exportation de la Grande-Bretagne. Ils ont été décoré pour cela !


(*) Vient de la fameuse formule « Le Pape, combien de divisions ? » par Staline répondant à Pierre Laval qui lui demandait de respecter les libertés religieuses dans l’Europe centrale que l’Armée rouge occupait (1935).

03/03/2011

Sex, drugs & rock'n roll : on a tous quelque chose en nous de Rabearivelo

A paraître dans "L'Observateur" de ce jour, vendredi 4 mars, jour de son anniversaire, un portrait rock'n roll de JJ Rabearivelo, l'homme de lettres malgaches le plus célèbre de tous les temps.

Rabearivelo.jpg

11/12/2010

Elie Rajaonarison et moi

J'ai l'habitude de dire à propos des morts que ce sont toujours les meilleurs qui partent. Et c'est vrai. La preuve, je suis toujours là.
Elie Rajaonarison faisait partie des meilleurs. Militaire de formation avant de devenir poète par passion, puis universitaire de profession et politicien par devoir, on peut dire qu'il a une vie bien remplie. 59 ans, c'est court. C'est long. Mais qu'importe la durée, l'essentiel est de l'avoir bien vécue.

Je ne me souviens plus trop de la première fois où je l'ai rencontré. Je l'ai découvert dans un éphemère magazine culturel quand j'étais gosse, "Ando". J'ai gardé religieusement ce mag' pendant une dizaine d'années jusqu'à ce qu'un autre poète me le chipe. Puis  j'ai entendu parler d'Elie Rajaonarison l'anthropologue quand j'étais étudiant. J'aurais voulu qu'il nous enseigne sa discipline, mais c'est un de ses amis, compétent par ailleurs et qui enseigne actuellement dans une université parisienne, qui s'est occupé de la tâche. Je l'ai sûrement croisé à Normale Sup'. Mais c'est finalement en tant que journaliste que je l'ai véritablement rencontré. Depuis, on a eu des relations sympathiques et plutôt proches pour des gens qui ne se voient qu'assez rarement.

Je l'ai vu faire entrer les gens lors d'une séance de déclamation de "Faribolana Sandratra", le cercle des poètes en devenir. Il m'a donné rendez-vous chez lui à Faravohitra pour, je  crois, récupérer son livre, "Ranitra". Je l'ai surpris en 2002 alors qu'il passait ses nuits dehors avec ceux qui font barrage pour protéger Marc Ravalomanana, toujours à Faravohitra. Je lui ai alors demandé le projet de société du futur ex-président de Madagascar. "Il va créer des petits Ravalomanana dans chaque région. Ils serviront de modèles et feront tâche d'huile", explique-t-il. Cela ne m'a pas convaincu. On s'est vu à Nosy-Be lors du festival Donia alors qu'il était membre du cabinet du ministère de la Culture... Bref, on se croisait au gré de nos pérégrinations professionnelles respectives. Et à chaque fois, il se prend un malin plaisir à me taquiner sur une liaison dangereuse que j'avais eue avec une de ses étudiantes.

Il avait mille facettes, mais je crois qu'il n'est jamais meilleur que dans la peau du poète, lorsqu'il enlève son armure d'officier de réserves, son réserve d'intellectuel et son intelligence d'anthropologue pour laisser libre court à son imagination, laissant apparaître une sensibilité d'écorché vif et une fragilité que cache, vaille que vaille, un masque d'artiste trop cliché symbolisé par une minuscule natte dans la nuque.

Curieusement, lorsqu'il disparaît brutalement, le 27 novembre 2010, personne ne s'est posé la question pourquoi ? Comme si à 59 ans, cela arrive naturellement. C'est indélicat, mais pour ceux qui m'ont posé la question, ce traducteur de Prévert est mort des suites de la complication d'une intoxication alimentaire. C'est vrai qu'aux grandes figures, on imagine toujours des morts moins "commun des mortels". Mais n'est-ce pas qu'ils tutoient déjà l'immortalité à travers les coeuvres qu'ils laissent ?

A! ry tsy misaina

imamoako ny Fanantenana

mamo aho

avelao aho ho mamo

izaho irery

sy ny Finoako

ary ny Fanantenako...

 

Ho inonao ny fikarainkon'ny maraina

raha tsy tsapanao ny fameroveron'ny alina !

(in "Ranitra", Ed Grand Océan, Antananarivo, 1999, pp. 207)

Ah! l'insensé

Je m'énivre d'espoir

je suis saoul

laisse moi me saouler

seul

avec mes Convictions

et mes Espérances

 

Que t'importes les stigmates du matin

si tu ne sens pas l'essence de la nuit

(trad. by Patrick Rakotolahy)

 

04/10/2010

Hommage (tardif) à Raoul...

Ceci n'est pas un scoop. Les fan de muRaoul Mahaleo.jpgsique malgache savent que Mahaleo, le groupe malgache le plui nfluent de tou les temps, vient de perdre son doyen : Raoul. La presse malgache en a abondamment parlé avec forces citations de "La saga Mahaleo", le premier, et encore seul, livre écrit sur le groupe. Il en reste encore quelques exemplaires, à Paris et chez moi. En attendant, revue de presse. 

Copie de Raoul Nouvelles.jpeg

Extrait "Les Nouvelles", n° 1976, lundi 6 eptembre 2010, pp. 7.

Copie de Raoul Gazetiko.jpeg

Extrait de "Gazetiko", n° 3761, du lundi 6 septembre 2010, pp. 5.