Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2018

Challenge "Alien Dame Tu Cosita" : un Malgache à l'origine d'un phénomène mondial !

Rihanna en a parlé sur Instagram, TPMP en a fait faire à deux de ses chroniqueurs : Maxime Guény, Benjamin Castaldi, le petit-fils de Simone Signoret, et surtout la sublissime Kelly Vadovelli... On ne peut y échapper sauf si on est un alien. Justement, il s'agit du Challenge "Alien Dame Tu Cosita" dont certaines vidéos enregistrent plus de 13 millions de vue.

Madagascar, Challenge, Randy Donny, Alien, Dame Tu Cosita, Rihanna, TPMP, ArtNoux, Jax, Arnoux Zaramody

Même Rihanna s'y met

A l'origine du phénomène est un jeune infographiste malgache basé à Majunga. Comme tous les jeunes de son âge, il adore les plaisirs simples comme les virées entre copains. Mais contrairement aussi  aux jeunes de son âge, il est passionné de psychanalyse jungienne, de Tantra, de Taoisme et s'intéresse à la philosophie égyptienne antique. Et quand il en parle, on ne peut que l'écouter sans trop comprendre. "Dans la gnose, il y a un moyen politiquement incorrecte mais divinement juste, d'atteindre la transmutation multidimensionnel de l'être humain, en éveillant les deux pôles complémentaires intérieur, en accomplissant la loi numéro 7, la loi du genre", lance-t-il. Sinon, c'est surtout un créatif à l'imagination aussi fertile que le bord du Nil.                                       

Madagascar, Challenge, Randy Donny, Alien, Dame Tu Cosita, Rihanna, TPMP, ArtNoux, Jax, Arnoux Zaramody

Huit ans séparent ces deux photos. Arnoux demeure aussi discret.

Sur son compte Facebook, il se fait appeler Arnoux Zaramody. Mais ses amis l'appellent Jax. C'est sous ce nom qu'il signe une vidéo d'animation, en 2010. Intitulé "Yoga flying Poy", on y voit un drôle de personnage à la croisée de l'homme et d'un canard au physique de grenouille. Depuis, le personnage a fait du chemin, se perfectionne, change de couleurs pour passer du marron au vert et prend son nom définitif : Popoy. C'est du moins ce que lui a donné son pygmalion. Car pour le grand public, c'est Alien !


Popoy, en pleine transformation, dansant sur le Bord à Majunga

Il y a quelques mois, des youtubeurs découvrent ce personnage voûté à la Gaston Lagaffe et qui danse comme le tonton lubrique que l'on voit à la fin d'un boum familial arrosé. C'est de là que le  challenge est parti : faire celui ou celle qui arriverait à imiter le mieux Popoy, alias Alien. Le buzz ne tardera pas à faire le tour de la terre.

En fait, Arnoux Zaramody n'a pas fait que rendre célèbre un personnage. Il a aussi rendu à la lumière le remix d'un vieux titre des années '90 d'un sombre artiste panaméen El Chombo, "Introduccion B (El Cosita Remix)"

Depuis, la vidéo de Popoy sur Youtube a atteint plus de 22 millions de vues tandis que les vidéos challenges se sont multiplié par milliers et viennent de par le monde. De quoi se donner la banane pour le journée ! Ce qui est triste est que, dans tout ça, on ne cite pas toujours la vidéo source ni l'auteur, qui signe désormais ArtNoux. Ce dernier lui-même n'a appris le buzz que par ses amis.

Madagascar, Challenge, Randy Donny, Alien, Dame Tu Cosita, Rihanna, TPMP, ArtNoux, Jax, Arnoux Zaramody

En fait,  des gens ont piraté Popoy dès 2015 en supprimant la signature de Jax ! A l'époque, certains piratage atteignait déjà plus d'un millions de vues. Devant le fait accompli, Arnoux Zaramody veut rester zen. "Oh le voleur, il a supprimé ma signature mdr... Il a quand même parcouru ce vidéo, mais le montage qu'ils ont fait n'est pas synchro". A ses amis qui l'incitent à dénoncer ce délit, il  répond simplement : "pas la peine de signaler, mais il aurait du laisser la version originale". Il voulait certainement  laisser grossir le buzz. C'était il y a deux ans.

Actuellement, depuis que Popoy est devenu l'objet d'un challenge, on ne compte plus les piratages. Mais quand ses amis demandent qu'il doit réclamer le droit d'auteur, il se contente de faire un "iawa" tout majungais.                           

Mais au fait, Arnoux peut-il gagner de l'argent avec Popoy et combien ? C'est possible. Mais la toile est une jungle. En principe,  les Youtubeurs reçoivent environ 60 centimes pour chaque 1 000 vues. Donc Arnoux Zaramody aurait dû être déjà milliardaire? Certes, mais il faut que la vidéo comporte les pubs du début appelées pre-roll. Ce qui n'est pas le cas de Popoy. De plus, les droits musicaux et vidéos peuvent bouleverser la rémunération. Si un youtubeur intègre des éléments sur lesquels il n'a pas les droits, soit il renonce à la monétisation de sa vidéo, soit son argent partira au détenteur des droits. Bref...

Ceci dit, ailleurs, Arnoux Zaramody serait déjà, au moins, une star des médias où l'on se bat pour l'inviter et l'interviewer. A Madagascar, malgré la popularité monstre de Popoy, il reste l'infographiste anonyme à l'origine d'un phénomène mondial.                                                 

Randy D.                   

30/03/2018

10 questions que vous avez toujours voulu poser sur le HCDDED sans jamais oser le faire

L’esprit de création du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) est fondé sur la promotion de la démocratie et de la restauration de l’Etat de droit.

 

  1. Le HCDDED est-il constitutionnel ?

Ainsi, la Constitution de la IVème République a prévu en son article 43 la mise en place du HCDDED. En effet, la création d’une structure chargée de superviser l’application de l'Etat de droit, libertés publiques, démocratie et protection des droits de l’Homme s’avère primordiale pour éviter d’éventuelles dérives au sein de l’administration, ainsi que d’éventuelles atteintes aux libertés publiques et aux principes démocratiques.

  1. Quelles sont sa mission et ses attributions ?

D’une manière générale, le HCDDED est tenu d’observer le respect de l’éthique du pouvoir, de la démocratie, du respect de l’Etat de Droit, et de contrôler la promotion des droits de l’Homme. Dans cette optique, le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit peut formuler des recommandations dont il juge utiles.

  1. N'y a-t-il pas un risque de conflits de compétences avec d'autres institutions?                                                                                                                        

Les dispositions des lois y afférentes ont été prises en compte afin d’éviter des conflits de compétence entre les différentes Institutions chargées de la défense de la démocratie ou des droits de l’homme, déjà existantes, telle que la Médiature et la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH).  

Par ailleurs, Conformément aux dispositions de l’article 136 de la Constitution, deux membres titulaires et deux suppléants de la Haute Cour de Justice (HCJ) sont des personnalités issues du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit.

  1. Le HCDDED peut-il intervenir dans le secteur privé ?

Le Haut Conseil est institué pour se constituer en observatoire et balise aux éventuelles mauvaises pratiques dans l’Administration aussi bien dans les domaines publics que privés.

C'est un organe indépendant appelé à superviser notamment l’application des codes d’éthique, de déontologie et des normes de comportement par les titulaires des charges publiques ou tout autre document y tenant lieu dans le Secteur privé.

  1. Le HCDDED peut-il être saisi par de simples citoyens ?

Toute personne s’estimant lésée par le fonctionnement d’un service public ou privé non conforme aux principes démocratiques et aux règles de droit peut saisir le HCDDED qui est tenu de donner suite par écrit à toute saisine et de signaler tout comportement contraire à l’éthique à toute Institution ou entité concernée et formuler toute recommandation assortie de mesures concrètes et d’un calendrier, à toute Institution ou instance mise en cause.

  1. Y a-t-il une protection des sources ?

Le HCDDED veille à la protection de ses sources. De même, aucune mention permettant l'identification des personnes dont le nom aurait été révélé ne doit figurer dans les documents publiés.

  1. Qui sont les membres ?

Le HCDDED est composé de 9 membres reconnus sur le plan national.

Madagascar, HCDDED, Randy Donny, HCJ, Etat de droit, démocratie

Une partie des membres du HCDDED. De g. à d., Fulgence Rabetafika, Pierre Lenoble, Randy Donny et Koera Ravelonarivo.       

- Désigné par le Président de la République : Claude Pagès, entrepreneur, ancien maire de Majunga.

- Elu par le Sénat : Pierre Lenoble Navony, historien, ancien vice-président CT.

- Elu par l’Assemblée Nationale : Fulgence Rabetafika, Commissaire de Police retraité.

- Elue par la Haute Cour Constitutionnelle : Annick Tsiazonangoly, magistrat.

- Elu par la Cour Suprême réunie en assemblée générale : Koera Ravelonarivo, magistrat.

- Elu par la Société civile : Odilon Tatagera, financier.

- Issu de la CNIDH : Anaclet Imbiky, magistrat.

- Elu par l’Ordre des Journalistes : Randy Donny, historien.

- Elu par l’Ordre des Avocats : Roland Ravelontsalama.

  1. Les membres disposent-ils d'une immunité ?

Le HCDDED est un organe indépendant. Ses membres travaillent en toute indépendance, et ne peuvent être poursuivis, recherchés, arrêtés, détenus ou jugés à l’occasion des opinions qu’ils émettent ou des actes qu’ils accomplissent dans l’exercice de leurs fonctions.

  1. Combien gagne les membres du Haut Conseil ?

Les conditions et modalités d’attribution des indemnités allouées aux membres du Haut Conseil sont déterminées par décret pris en Conseil des Ministres.

Les dépenses de fonctionnement sont engagées conformément aux principes et règles budgétaires et comptables de la comptabilité publique.

  1. Quid de la redevabilité ?

Le Haut Conseil doit présenter un rapport annuel de ses activités à l’ouverture de la première session du Parlement avec copie adressée aux Chefs d’Institutions de l’Etat

20/03/2018

Corruption et lobbying, même combat ?

Nicolas Sarkozy placé en garde à vue, dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007. Distribution d'argent (non prouvée) à Mahazoarivo  auprès des députés malgaches en vue de faire adopter les nouvelles lois électorales... Autant d'actualités qui remet sur le tapis le  sujet de la corruption dans la sphère politique. Flash sur les Etats-Unis.

Si Sarkozy était américain, il ne serait pas inquiété. Les campagnes électorales  américaines sont grassement financées entre autre par des intérêts étrangers. L’American Israeli Public Affairs Committee (AIPAC) dispose d'un budget conséquent (6.900.000 dollars en 1988) pour faire triompher les candidats qui accepte de défendre la cause de l'état hébreu.  On estime que l'AIPAC peut compter sur un minimum de 40 à 45 sénateurs et sur 200 des 435 représentants.

Dans un monde politique où la réélection est l’obsession constante, aucun législateur n’a jamais été battu pour cause d’inconditionnalité pro-israélienne. En 1982, M. Paul Findley, élu républicain d’une circonscription rurale de l’Illinois, perdait son siège à l’issue d’une carrière de vingt-deux ans à la Chambre des représentants. Le lobby pro-israélien joua un rôle-clé dans cette affaire en versant plus de 100 000 dollars au concurrent démocrate pourtant totalement inconnu. M. Findley avait eu le tort de rencontrer M. Yasser Arafat et de préconiser ce que le Wall Street Journal appela une « politique plus équilibrée au Proche-Orient ». Dès lors, même ses amis républicains l’abandonnèrent dans sa campagne de réélection. Un élu du Parlement israélien est plus libre de critiquer la politique israélienne qu’un membre du Congrès américain.                       

Donald Trump a-t-il décidé de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu ? L'AIPAC n'était pas loin. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Arrêt des ventes d’armes aux pays arabes, refus de tout dialogue avec l’OLP, accroissement de l’aide à Israël, refus d’envisager l’hypothèse d’un Etat palestinien...

Madagascar, corruption, lobby, Nicolas Sarkozy, Randy Donny

L'idée d'armer les enseignants est-elle de Donald Trump ou du lobby des armes ?

Aujourd’hui, plus de 3 milliards de dollars par an sont alloués à Israël, sous forme de dons, à titre d’aide économique et militaire. Ce qui représente près du quart de l’aide américaine à l’étranger et correspond à 700 dollars par Israélien et par an. L’Afrique, à l’exception de l’Egypte, reçoit 2 dollars par personne et par an. En raison des restrictions budgétaires américaines, l’assistance à l’Afrique a subi des coupes de près de 50 %. Mais rien de tel n’est en vue lorsqu’il s’agit d’Israël. L’économie israélienne dépend très largement de cette aide qui couvre le prix de presque toutes les importations du pays et lui permet de continuer à vivre.

2,5 milliards de dollars en 2009

Si Mahazoarivo se trouvait à Washington D.C., personne ne s'étonnerait de la distribution de mallettes bourrées de dollars.

L’industrie charbonnière et pétrolière a investi 467 millions de dollars entre 2009 et 2011 pour convaincre les élus américains de faire capoter le projet de loi énergie-climat, qui allait gravement affecter ses profits.

Mieux : les industries pharmaceutiques, biotechnologiques et du dispositif médical ont dépensé un peu plus de 700 millions de dollars durant la même période.

Le français Pernod Ricard, des producteurs de whisky et autres vodkas associés, et les grossistes de vins et spiritueux, ont investi près de 3 millions de dollars auprès de la Food and Drug Administration, le Trésor, les ministères de la Santé, du Commerce, de la Justice, les Affaires étrangères, et bien sûr les élus du Congrès pour contrer les restrictions aux ventes (aux mineurs, la nuit, le dimanche, etc), les taxes, le droit du travail.

Les brasseurs et dealers de bières, Budweiser, MillerCoors et Heineken  ont partagé 1,8 million de dollars en trois mois pour défendre leurs intérêts auprès de la National highway traffic safety administration et le National institute of alcohol abuse and alcoholism.

Unilever, qui possède les glaces Ben 'amp; Jerry’s, a payé 140 000 dollars pour défendre les quantités de sucre dans ses produits et pour pouvoir utiliser les nanotechnologies pour refroidir la crème glacée.

Ironiquement, « Let’s move », la campagne de prévention de l’obésité, qui a rendu populaire Michelle Obama, était financé par Coca-Cola qui a également arrosé les deux chambres du Congrès, le département d’Etat (l’équivalent du ministère des Affaires étrangères) et le ministère du Commerce de 2,1 millions de dollars.

Aux Etats-Unis, tout cela est parfaitement légal. On appelle cela  du lobbying. En 2009, 2,5 milliards de dollars ont été dépensé par les entreprises et groupes de pressions pour faire valoir leurs intérêts. Si ce n'est pas de la corruption, faudra brûler tous les dictionnaires du monde entier.

25/02/2018

Tsilavina Ralaindimby est passé, mais ses empreintes restent

Un ami journaliste m'a demandé si je ne porte par une boucle d'oreille en référence à Tsilavina Ralaindimby. Je lui ait dit non. Maintenant, je ne sais pas si, quelque part, il a raison.

J'avais peut-être 12 ans. La TVM a annoncé la diffusion en direct d'un match d'Ajax Amsterdam avant de l'annuler. J'ai alors pris ma belle plume pour écrire une lettre demandant sa diffusion même en différé. Je l'ai pas posté. J'ai apporte en mains propres la lettre au 10è étage d'Antaninarenina. Il y avait encore un ascenseur à l'époque. Et c'était Tsilavina Ralaindimby lui-même qui l'a reçu.

Plus tard, devenu journaliste, j'ai eu l'occasion de le côtoyer. Mais je ne lui ai jamais parlé de cet anecdote. Je n'aurais plus jamais l'occasion de lui en parler. Tsilavina Ralaindimby vient de disparaître il y a environ une heure.

Il était plus qu'un confrère. C'était un modèle, presque un icône.

Madagascar, Randy Donny, Tsilavina Ralaindimby, TVM

Tsilavina Ralaindimby à ses débuts lors d'un reportage sur des manœuvres militaires.

Journaliste compétent et inspirant, une espèce qui a disparue depuis des lustres du paysage médiatique malgache. Ministre populaire sans jamais être populiste, celui que l'on regrette le plus à la tête de département de la Culture et de la Communication. Politicien visionnaire et innovateur, le coup de "Maha olona", le mouvement qui a porté Dama (Mahaleo) à l'Assemblée,  c'est lui... Tsilavina aura marqué Madagascar de ses empreintes. D'autant plus que c'était un touche à tout. Et il faisait tout avec art.

Tsilavina était un artiste. Pour ceux qui peuvent l'ignorer, il est l'auteur des paroles des tubes de Hazo midoroboka ("Ampitampitao"/"Isika"), de "Ramano Be Galona" de Lolo sy ny tariny et de "Bakoly", un titre mythique  interprété par une légende maudite du blues-rock, Ra-Donné Stills.

J'ai toujours dans la tête cette émission qu'il a tourné dans les gradins du stade de Mahamasina et qui a révélé Lefona "Kankana". Cette autre émission spéciale consacrée à la renaissance du rock malgache dans les années '80 avec Doc Holliday, Tselatra et Best Star, entre autres. Un coup de pouce qu'il appuiera plus tard d'un article dans "Midi Madagasikara" intitulé "Le micro-climat heavy"...

"Sais-tu que j'ai fait le premier reportage sur Mahaleo en 1972 à Antsirabe ?", m'as-t-il dit pendant que j'écrivais la biographie non autorisée du groupe, en 2007. J'ai alors cherché à mettre la main sur ce document historique auprès de la TVM. Mais la préposée aux archives à laquelle je me suis adressée n'as pas bien compris ma démarche. Tout partira en fumée deux ans plus tard, pendant la crise politique de 2009..

"Si tu dois choisir entre toutes les activités que tu as fait, laquelle tu retiendra", lui demandais-je en l'accueillant dans mon talk show "Face à Face", en décembre 2016. Il a simplement répondu : la photo. Des images me reviennent en mémoire et se bousculent dans ma tête. L'émission intégrale ici.

Pendant mes années estudiantines, j'ai lu un article sur sa sortie de promotion après ses études en France, en 1969, dans les archives du "Courrier de Madagascar". Lors de ma période critique rock, il m'a aidé à doter les Stone Press awards d'un trophée spéciale roots que l'on attribuera à Iraimbilanja. Dernièrement, pas plus tard qu'il y a quelques semaines, je lui ai parlé de célébrer avec faste les 60 ans de la République malgache, histoire de rectifier les erreurs de passation de relais qui provoque actuellement faux débats et erreurs d'appréciations. Il a trouvé l'idée "super géniale" ! On n'aura pas le temps de la développer.

"On est des passeurs", me disait-il encore. Il est passé de l'autre côté du miroir. Madagascar est orphelin de l'un de ses plus grands penseurs.

Randy

13/01/2018

Quelques notes de lectures au clavier

Dernièrement, j’ai acheté plusieurs ouvrages émanant des stocks de l’Institut français de Madagascar qui vendait ses vieux livres au kilo. C’était la foire d’empoigne tellement il y avait du monde et j’avais du mal à choisir. Arrivés à la maison, avec deux kilos de livres sous les bras, je ne savais pas si j’allais aimer ou pas ceux que j’ai choisi un peu à la va vite.

 J'ai découvert que je n'apprendrais pas grand-chose que je ne sache déjà de "Souvenirs, souvenirs... Cent ans de chanson française" (éd. Gallimard). Je suis même frustré du fMadagascar, Randy Donny, livre, Catherine Deneuve, surréalisme, cinéma, Jean Claude Brialy, J ean Roucas, rachid Taha, rockait que ça ne parle pas des Surfs alors que la famille Rabaraona était une des vedettes des anées yé-yé en France Ce que l'on ne manque jamais de mentionner dans d'autres publications. (A moins que ça se trouve dans les 4 pages arrachées du livre). 

Il en est de même de "Stars de l'écran" (éd. Grund). J'ai déjà lu des tonnes de documents sur le cinéma que c'est comme si je suis né à Hollywood et grandi à Bombay (ou l'inverse).

J'attendrais le moment opportun pour lire "Les Surréalistes -Une génération entre le rêve et l'action" de Jean-Luc Rispail (éd. Gallimard) en toute décontraction. Ce n'est pas le genre de sujet qu'on lit à la sauvette. D'autant plus que le surréalisme est un sujet qui m'a toujours passionné.

Sinon, j’avais des appréhensions au début en lisant l’autobiographie de Jean-Claude Brialy, "Le ruisseau des Madagascar, Randy Donny, livre, Catherine Deneuve, surréalisme, cinéma, Jean Claude Brialy, J ean Roucas, rachid Taha, rocksinges" (éd. Laffont). Je croyais que j’allais m’ennuyer avec des histoires de vieilles vedettes du cinéma français. Et bien non, ce fut une lecture délicieuse comme l’aurait dit Jean-Claude Brialy lui-même. Coqueluche de la « Nouvelle Vague », Jean-Claude Brialy est en fait un grand fan des acteurs français de l’après-guerre et sa biographie fourmille d’anecdotes savoureuses et surprenantes, en tout cas inédites, sur ses fréquentations, de Sacha Guitry à Arletty en passant par Marlène Dietrich et Joséphine Baker, sans oublier Romy Schneider et Alain Delon...

Je craignais également de m’ennuyer en lisant le carnet de tournage de Catherine Deneuve, "A l'ombre de moi-même" (éd. Stock). Et j’ai découvert une star qui s’avèreMadagascar, Randy Donny, livre, Catherine Deneuve, surréalisme, cinéma, Jean Claude Brialy, J ean Roucas, rachid Taha, rock être « Madame-tout-le-monde », loin de l’image snob et distant que l’on peut penser en la voyant, tout en restant pudique et discrète. Et lucide sur l’univers impitoyable du cinéma. Ceci prend une dimension particulière en ce moment où on la critique violemment suite à ses propos sur l’affaire Weinstein. Touche pas à Catherine Deneuve. Elle n’est pas de cette génération de Sainte-nitouches hypocrites où un regard persistant est considéré comme une agression sexuelle mais qui se morfondent ensuite sur les réseaux sociaux parce que personne ne prête attention à elles et prennent d’assaut les sites de rencontres. Il ne faut pas prendre tous les dragueurs maladroits à du Weinstein en puissance et autres délinquants sexuels de métro.

Madagascar, Randy Donny, livre, Catherine Deneuve, surréalisme, cinéma, Jean Claude Brialy, J ean Roucas, rachid Taha, rockEn fait, j’ai lu en premier lieu l’autobiographie de Jean Roucas, "Le Bouffon" (éd. J'ai Lu). Le comédien et imitateur derrière la « Bébête show » et autres émissions à succès de la télévision française des années 80. Trente ans avant Sophie Davant (quelle référence !), il permet d’apprendre qu’effectivement « la télévision n’est pas un monde de bisounours ». C’est un milieu où rien n’est acquis définitivement. Le succès comme l’échec. Et en lisant ses histoires sur les afters de dingues des équipes de tournage, je me remémore nos afters interminables et particulièrement arrosés du temps des matinales TV. Comme quoi, ici comme ailleurs, les mœurs se rejoignent.

Rachid Taha... ka ahy !*

Ceci dit, mon coup de cœur est l’autobiographie de Rachid Taha, « Rock la Casbah », éd. Flammarion (Vous avez dû remarquer que j’adore les autobio comme je ne mettrais pas un penny sur l'avenir des autos qui fonctionnent au bio carburant, mais c'est un autre histoire). J’ai connu Rachid Taha dans les années 80. On le présentait alors comme le pionnier du rock beur avec son groupe Carte de Séjour. A l’époque, il n’y avait qu’une seule chaîne de télé pour tout Madagascar, mais j’ai dû voir une ou deux fois Carte de Séjour sur le tube cathodique chanter avec joie, et surtout avec ironie, « Douce France » de Charles Trenet, dans la droite ligne de l’esprit rock. Je n’ai découvert la France qu’à l’âge du Christ, mais j’aimais bien chanter « Douce France », ça m’amusait.

Madagascar, Randy Donny, livre, Catherine Deneuve, surréalisme, cinéma, Jean Claude Brialy, J ean Roucas, rachid Taha, rockMais il n’y a pas que le rock que je partage avec Rachid Taha. Il y aussi l’histoire. Celui de l’Algérie et de Madagascar est parallèle. Dans la liesse comme dans la tristesse.

Après la guerre, un de ses oncles, qui s’est battu pour la France contre les Allemands et en Indochine, est rentré en Algérie encore sous colonie française. « Au cours de la « pacification » organisée par les Français, mon oncle se cachait dans le maquis. N’arrivant pas à le trouver, les militaires ont arrêté un autre de ses frères. Ils l’ont torturé pour qu’ »il révèle la cachette de mon oncle. Malgré la douleur, il n’a pas parlé. Les militaires l’ont alors fait monter dans un hélicoptère. Il était en piteux état mais encore vivant. Arrivés au-dessus du village, ils l’ont jeté. Mon oncle s’est écrasé au sol. Il s’agissait d’impressionner les villageois ».

On a également retrouvé à Madagascar cette France qui, à peine sortie des horreurs nazies, pratique des tortures digne du génocide. Outre ce parachutisme sans parachute, des résistants du Sud-Est de l’île était également mis à sacs, ou plus exactement mis dans des sacs, pour être balancés dans la mer.

Comme Rachid Taha, j’avais aussi un oncle qui a combattu les colons français en 1947. Joseph Ralaivao était chef de guerre dans la région de Mananjary. Il est cité dans Jacques Tronchon, “L’Insurrection malgache de 1947”, pp. 48 à 51.

J’ai quitté le Sud-Est de mon enfance à la fin des années 70 pour la capitale, à une époque disais-je où une seule chaîne de télé arrosait tout Madagascar. Et nous, on n’avait pas de télé en arrivant. Comme la famille Taha à la même époque. On allait chez les voisins tous les soirs pour la regarder. C’est ainsi que j’ai vu « L'Opium et le Bâton », un film sur la guerre d’Algérie. Plus tard, j’ai appris qu’un film sur la lutte anti-colonialiste à Madagascar, « Ilo Tsy Very » (1987), était co-financé par l’Algérie. Ironiquement, ce sont des Algériens qui y jouaient le rôle des colons français ! Le tout au grand regret de son réalisateur, Solo Ignace Randrasana, qui a alors dû adapter son scénario sur l'autel de la révolution socialiste !

Dans son autobiographie, Rachid Taha dézingue tout le monde. Woodstock (« à l’image de mai 68 : une révolte organisée par des fils de bourgeois qui s’ennuyaient »). Coluche et ses Restos du Cœur qui « entretiennent la pauvreté, en permettant aux divers gouvernements de se débarrasser de la question puisqu’une association privée fait le travail à sa place… La preuve est que d’année en année, il y a toujours plus de pauvres en France et de repas servis aux Restos du Cœur. Alors que l’objectif était quand même que ces Restos disparaissent faute de « clients ». SOS Racisme, qu’il accuse d’avoir récupéré la main de Fatma, logo de Carte de Séjour, et qui n’avait qu’un « seul objectif et un seul : non pas combattre le racisme, mais prendre une grande partie de la jeunesse dans le filet d’une lutte généreuse pour les faire entrer dans le giron du parti socialiste ». Effectivement, on verra que Harlem Désir, un nom ô combien symbolique et qui a contribué à la réussite du mouvement, deviendra plus tard Secrétaire général du PS. L’Islam : « la croyance en Dieux n’est plus considéré comme appartenant à un peuple et à des individus, mais comme une nécessité universelle qui doit être imposée à tous les individus : elle devient alors hégémonique et totalitaire, donc échappe au champ de la culture pour n’être plus qu’une revendication politique ». Une réflexion qui conforte la nécessité de la laïcité républicaine, quelle que soit la religion.

Un jour, Rachid Taha a été approché par Santana qui voulait faire une reprise de « Kelma » et la musique avec. Rachid Taha a refusé. « Je veux bien que tu adaptes le texte, OK but this music is MY music ». La même rencontre s’est déroulée entre Santana et un artiste malgache, Jaojoby. His Majesty Santana voulait également reprendre un titre du roi du salegy avec la musique. Jaojoby a refusé.  Santana a fait vade retro. Mais il prendra la chanson de Rachid Taha qui deviendra « Migra ». Deux artistes, deux mesures ?

Kebab a Loula et KousKous Klan !

Randy

*Jeu des mots dérivé de « Tahaka ahy », comme moi