Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2020

HCDDED : 70% des dossiers reçus ont été traités et notifiés

Selon l'Article 23 de Loi n°2015-001 du 15 février 2015 relative au Haut Conseil  pour la 118606805_597739490902092_747714058493326119_n.jpgDéfense de la Démocratie et de l’Etat de Droit, "le HCDDED dresse un rapport annuel de ses activités qui sera lu publiquement à l’Assemblée Nationale lors de la première session du Parlement". C'est désormais fait. Où quand l'état d'urgence sanitaire  n'est pas un frein au respect des règlements  officiels. Et ce n'est pas le HCDDED, défenseur de la Bonne gouvernance, qui va s'y soustraire. Extraits.

Le bilan moral annuel  du HCDDED est dressé suivant ses missions déterminée par la Constitution et la loi 2015-001 : mission d’observations (examen, signalement et avis), mission de contrôle (critique et inspection) et mission d’appui (éducation et prévention). Les trois notions impliquent recommandations, conseils et suivis de la mise en œuvre. Le tout assorti de recommandations utiles à toute Institution, tout organisme ou toute entité publique ou privée dans le cadre de ses domaines d’attributions.

Activités concernant l'observation

Premièrement, il s'agit de faire respecter les valeurs démocratiques et de l’éthique en garantissant des processus démocratiques transparents et redevables.

2019 était justement une année électorale. Outre les veilles électorales accompagnées de contrôles des procédures d’inscription et de vote avec des badges d’observateurs électoraux délivrés par la CENI, le HCDDED faisait également partie intégrante du comité d’élaboration de la Charte «Toky Nomena»  (Engagement donné) afin d’élaborer et notamment de faire signer la charte « Toky Nomena » par les Candidats aux Législatives.

Enfin, le HCDDED faisait partie intégrante et participative du Comité paritaire pour la charte dénommée « Teny ierana hanompo vahoaka ». Comme pour les élections présidentielles de 2018 et législatives, la charte établit les règles définies par la loi et le comportement des candidats avant, pendant et après le scrutin, et pendant le mandat électif en vue d’une élection crédible et acceptée par tous.
Le HCDDED a également fait des recommandations sur de meilleures pratiques afin de s’assurer qu’il y ait des élections propres et apaisées et a effectué des interventions et sensibilisations sur la liberté de faire campagne, participer à l’élection et couverture médiatique à travers 15 interventions dans la presse écrite et audiovisuelle.

Deuxièmement, il y a le respect de l’Etat de droit et de la bonne  gouvernance.  Il s'agit ici de veiller à une bonne gestion des services publics répondant mieux aux besoins de la population, en particulier les groupes vulnérables.

Bien avant l’apparition de l’épidémie de Covid-19, le HCDDED a visité des établissements
hospitaliers : le Centre Hospitalier de Référence d’Androva (Mahajanga) et l’hôpital Joseph Raseta Befelatanana  avec un audit de performance du Service d’Urgence pour vérifier l’efficacité et l’efficience de ce service.

Le HCDDED  également effectué des visite des maisons carcérales et de détentions pour constater de près la condition de vie des condamnés et prévenus et enregistrer les éventuelles violences que subissent les détenus. Mahajanga, Nosy-Be, Moramanga, Ambatondrazaka  et Amparafaravola.
Au cours de ces missions, 118 dossiers sur le traitement avec dignité de personnes privées
de leur liberté ont été effectués dont 45 à Moramanga et 73 à Ambatondrazaka. 25 recours juridictionnels pour les victimes d’une violation des Droits de l’homme.

La situation dans la prison de Marofoto (Mahajanga) est particulièrement préoccupante.
Sur les 2 037 détenus enfermés dans les 31 chambres de cette geôle (en date du 29
octobre 2019), 64,70% sont des prévenus, 31,52% sont des condamnés, 3,21% en cours
de cassation , 0,47% en cours d’appel et 0,10% des opposants. A l’extérieur du centre,
d’autres détenus attendent également dont 2,86% prévenus, 86,67% condamnés, 8,57%
cassationnaires et 1,90% appelants.

Afin qu'il puisse continuer à mener à bien sa mission, le HCDDED a déposé une demande au Ministère de la Justice de reconnaitre, par voie réglementaire, le HCDDED comme faisant partie du mécanisme national indépendant de prévention de la torture aux termes du Protocole facultatif se rapportant à la  Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Cette reconnaissance permettra ou facilitera considérablement l’intervention du HCDDED qui pourra alors effectuer des examens réguliers et inopinés de la situation des personnes privées de liberté sans le dépôt préalable d’une demande.

Activités concernant le contrôle

L’exercice du pouvoir par l’Etat et la jouissance de leurs droits fondamentaux par les citoyens
sont conditionné par une bonne gouvernance. Il importe donc de limiter les abus de pouvoir et
renforcer la promotion des droits et libertés.
Ici, les principales formes d’interventions du HCDDED sont les saisines  (doléances, plaintes et autres formes de requêtes émanant d’individus ou d’entités) et les auto-saisines sur initiative des membres du HCDDED.

Plus de 297 dossiers de doléances ont été reçus par le HCDDED en 2019 et 2020. 70% sont traités et notifiés et 30% en cours de traitement. Saisines sur abus de pouvoirs : 32. Saisines sur promotion des droits et libertés : 15 dont conflit au sein de Kraoma SA. Saisines sur les forces militaires : 5. Nombre d’interventions positives sur les responsables publics : 20.

Les résultats des saisines et auto-saisines contiennent toujours des recommandations aux
Institutions, organismes publics ou privées dans le cadre de leurs domaines d’attributions.

118616060_755450025056299_1760984516264356068_n.jpg

Activités concernant l'appui

Le HCDDED mène des campagnes de sensibilisations et d’encadrement auprès des autorités
locales, société civile, notables, leaders religieux et d’opinion, les forces vives locales, et en
particulier les populations vulnérables sur leurs droits civils et politiques. Il se fixe un objectif de renforcer la citoyenneté et les garanties juridiques.
• Campagne d’information, exposition et conférences-débats :  à Behenjy (Ambatolampy), le 21 août 2019, et à Mahajanga du 28 au 31 octobre 2019

  • Collaboration avec la Presse. Cette dernière, en sa qualité de 4è pouvoir, et le HCDDED, en tant qu’organe de contrôle, ont des points communs dans leurs missions respectives. La liberté de la presse est l’un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques qui reposent sur la liberté d’opinion et la liberté d’expression.
    • Edition du magazine trimestriel «Demokrasia» qui informe, analyse, conseille et comprend des propositions de réformes émanant des Hauts Conseillers. Les membres d HCDDED y publie des recommandations pour procéder aux modifications législatives ou règlementaires qui leur paraissent pertinentes.

Le HCDDED connaît des limites dans la réalisation de ses projets en raison du caractère
dérisoire de son budget. Depuis sa mise en place (mars 2018), le HCDDED n’a cessé de chercher  les moyens afin d’assurer l’optimisation du fonctionnement général de ses services. En effet, le HCDDED ne dispose que d’un hangar au sein du bâtiment de l’ANALOGH, à Soanierana et ne dispose d’aucun véhicule administratif. Aucun des Hauts Conseillers non membres de Bureau ne disposent de bureau dans le hangar, pas plus d’ailleurs que les Directeurs du Secrétariat Exécutif ou les membres des Cabinet. Ils travaillent tous à leurs domiciles respectifs. Ces situations ont des incidences sur son fonctionnement.

Le budget u HCDED est une dotation globale inscrite dans la Loi des finances et dont les dépenses de fonctionnement sont engagées conformément aux principes et règles budgétaires et comptables de la Comptabilité publique. En 2020, le budget de fonctionnement du HCDDED a été amputé d’environ 25%. Malgré tout, pour les années à venir, le HCDDED compte à doubler sa performance avec ses moyens de bord et en partenariat avec les partenaires techniques et financiers œuvrant dans les domaines du respect de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance, et de la protection des droits fondamentaux.

 Randy Donny in "Demokrasia", n°007 (mai-juin-juillet), pp. 06-07.

11/08/2020

Gestion de la crise sanitaire : Il n’est pas besoin d’être opposants

Je valide et partage. Article paru dans "LGDI" du lundi 10 août 2020.

Non, tous ceux qui critiquent les maladresses et erreurs de ce régime ne sont pas tous des opposants,  neP01-119.gif sont pas tous des pro-TIM, des pro-HVM. Il y a aussi ceux qui savent juste analyser les situations,  ceux qui comparent ce qui est fait par rapport à ce qui avait été dit, il y a des simples citoyens réalistes.

Quand le régime distribue les aides pour les familles vulnérables et que c’est tellement mal organisé si bien que la foule immense devant les bureaux du fokontany hurle car elle meurt de faim,  car elle veut avoir sa part et que par la suite l’exécutif procède au recensement de ceux considérés comme vulnérables auprès des fokontany, il n’est pas besoin d’être opposants pour dire qu’il y a là une désorganisation si ce n’est une incompétence crasse.

Quand le Président de la République annonce en avril la digitalisation des fokontany et qu’au mois d’août le gouvernement avec feuille et stylo recense les gens des fokontany pour dresser une liste, il n’est pas besoin d’être opposants pour dire que c’est une ineptie. Quand chaque fokontany a un chef fokontany qui est là depuis des lustres, que chaque fokontany a des secrétaires, que le Président a annoncé le «komity loharano» et que l’on voit toute une armada de personnes venir dans les fokontany faire le travail des secrétaires de fokontany,  il n’est nul besoin d’être opposants pour se dire que gouverner c’est savoir déléguer et lorsqu’on ne sait pas déléguer c’est qu’il y a un gros problème de gestion étatique.

Quand le Président de la République décrète l’état d’urgence sanitaire et empêche ou réduit à quasi néant les activités économiques mais que l’exécutif regroupe les gens sans respecter ni le nombre,  ni les gestes barrières du fait de la densité de la population dans les quartiers,  il n’est nul besoin d’être opposants pour se dire qu’ils font n’importe quoi et qu’à ce rythme là ils ouvrent un grand boulevard aux opposants. Quand il y a quatre mois on nous disait que l’Etat est prêt à faire face à la pandémie, que Madagascar maîtrise la propagation de la pandémie, qu’il y a confinement suivi d’une aide d’urgence aux plus démunis mais que quatre mois plus tard il est clair que l’Etat n’était pas prêt et que c’est seulement maintenant que bon nombre de personnes démunies vont recevoir,  espérons le, une aide sociale,  il n’est pas besoin d’être opposants pour se dire que la stratégie adoptée par l’exécutif jusque là est un échec cuisant et a causé plus de tort que de bien.  A Madagascar il n’y a pas d’un côté les pro-régime  et les opposants, il y a aussi et ils sont nombreux, ceux qui savent applaudir quand les choses sont bien faites et critiquer quand les gouvernants offrent une succession  de choses étranges et qui ne s’accommodent plus de cette expression qui met le pays à la traîne ” ce n’est pas facile d’entreprendre quelque chose “. Ceux qui disent simplement que ” Gouverner c’est prévoir” ne sont pas des opposants, ce sont des simples citoyens qui ne comprennent pas et ne peuvent pas accepter qu’à ce niveau là de responsabilité,  les dirigeants en sont à agir d’abord puis réfléchir après, en sont à faire des erreurs grotesques d’abord alors qu’ils sont aux commandes et ont la maîtrise totale sur l’appareil d’Etat.

Il serait bon déjà d’admettre qu’il y a des citoyens sensés qui savent simplement ce qui doit être et qui ne peuvent pas admettre autant d’amateurisme à la tête de l’Etat surtout en période d’urgence sanitaire. Et ceux là ne sont ni des fanatiques du TIM,  ni des fanatiques de HVM, ni des personnes qui attendent les moindres erreurs des dirigeants.

Claude Rakelé

11/05/2020

Le bulletin de notes de Madagascar : amélioration en démocratie et Etat de droit, stationnaire en liberté de la Presse

En près de deux mois de présence à Madagascar, du moins au moment où ces lignes son écrites, leWJP, Demokrasia, HCDDED, Etat de Droit, Randy Donny, Madagascar Covid-19 n'a fait aucun mort, mais risque de faire plusieurs victimes. En premier lieu, la démocratie, l'Etat de doit et la liberté de la Presse.

L'Institut Varieties of Democracy (V-Dem), basé au Département de science politique de l'Université de Göteborg, en Suède, sort un classement sur l'état de la démocratie dans le monde chaque année : le Liberal Democracy Index (LDI).

Pour mieux conceptualiser et mesurer la démocratie, V-Dem distingue entre 5 principes de démocratie de haut niveau: Électoral, Libéral, Participatif, Délibératif et Égalitaire. V-Dem désagrège ces cinq principes en des dizaines de composantes de niveau inférieur de la démocratie telles que les élections régulières, l'indépendance judiciaire, la démocratie directe et l'égalité des sexes, et fournit des indicateurs désagrégés pour chaque conception et chaque composante.

Cette année, Madagascar est considéré par V-Dem parmi les 10 pays où on a enregistré de progrès important en matière de démocratie ces dix dernières années. Ainsi, la note de Madagascar dans le LDI est passé de 0,09 en 2009 à 0,31 en 2019, soit un hausse de +0,23.

LDI.JPG

Ce bel élan est louable. Mais il risque d'être stoppé net par les agitation générées par l'Etat d'urgence sanitaire durant lequel certains veulent faire taire la démocratie. Soit, mai elle ne peut forcer les cerveaux à s'éteindre.

Ainsi, il est curieux de constater la réactivation de la Loi n° 91-011 du 18 Juillet 1991 relative aux situations d'exception qui a été expressément conçue pour réprimer les Forces Vives durant le mouvement populaire de 1991. Une loi scélérate.

La situation d’urgence sanitaire ne doit pas cautionner toutes les pratiques allant à l’encontre de la démocratie et du vivre ensemble. Nous faisons économie ici des polémiques enflammés autour du Covid Organics pour signaler simplement que selon l'Article 8 de la Constitution, "il est interdit de soumettre une personne sans son libre consentement à une expérience médicale ou scientifique". Définitivement, vitesse et précipitation ne font pas bon ménage.

En hausse de quatre places

En matière d'Etat de droit, Madagascar est encore une fois bien noté en ce début d'année. Dans l’Indice sur l’État de Droit du WJP, publié le 11 mars 2020, le score total de Madagascar a augmenté de 2.4% dans l’Indice de cette année. Madagascar s’améliore de quatre places dans le classement mondial et se trouve à la 105e place sur 128 pays et juridictions à travers le monde, 20e sur 31 pays dans la région Afrique subsaharienne et 12e sur 19 parmi les pays à revenu faible.

L’Indice sur l’État de Droit du WJP mesure la performance en terme d’état de droit de 128 pays et juridictions repartie entre huit facteurs : Contraintes aux Pouvoirs du Gouvernement, Absence de Corruption, Gouvernement Ouvert, Droits Fondamentaux, Ordre et Sécurité, Application des Règlements, Justice Civile et Justice Criminelle.
Le World Justice Project (WJP) est une organisation indépendante et multidisciplinaire qui travaille pour faire progresser l'état de droit dans le monde, condition nécessaire pour réduire la corruption, combattre la pauvreté et protéger les gens contre les injustices.

WJP, Demokrasia, HCDDED, Etat de Droit, Randy Donny, Madagascar

Encore une fois, cette amélioration assez spectaculaire doit être préservée de la situation d'exception.
Transparency International - Initiative Madagascar a anticipé la situation en début de situation d’urgence sanitaire. Selon cette ONG d'origine allemande dans un communiqué publié le 27 mars, la "situation ne doit pas faire abstraction des règles de bonne gouvernance, ni faire fi de la transparence, de la redevabilité et de l’intégrité (...) En ces temps d'incertitude sans précédent, le risque de capture des décisions publiques par des intérêts privés motivés par leur propre profit est omniprésent. Ces risques vont du détournement de financements destinés à la santé, à la conception de plans de sauvetage qui favorisent les industries et les entreprises proches du pouvoir (...) Des mesures urgentes doivent être prises pour s’attaquer aux canaux par lesquels les intérêts privés peuvent avoir un effet de levier indu sur la prise de décisions publiques. Le parlement et le gouvernement doivent suspendre toute démarche non urgente en cours et nécessitant une consultation publique, jusqu'à ce que le retour à la normale permette la reprise de ces consultation".

Effectivement, la primauté donnée à la politique sur tous les sujets, même scientifiques, génère une suspicion légitime qui ne facilite pas la création d'une cohésion et d'une fierté nationales derrière des initiatives somme toute méritoire.

Victime collatérale

En matière de liberté de la Presse, Madagascar fait du sur place en se plaçant 54è pays depuis trois années consécutives dans le classement de Reporters sans frontières (RSF), sorti le 21 avril 2020. Qu'en sera-t-il l'année prochaine quand arrivera le moment de faire le bilan ? Dans une épidémie, on a d’abord besoin de soins, c’est évident ; mais aussi, ne l’oublions pas, d’informations fiables. 

" A Madagascar, les programmes de libre antenne dans lesquels des auditeurs sont susceptibles d’intervenir et d’exprimer leur opinion sur la pandémie et sa gestion sont désormais interdits". note le responsable du bureau Afrique, Arnaud Froger. “Agressions, intimidations, arrestations de journalistes, censure et exclusion de médias critiques, la liberté de la presse ne doit pas être une victime collatérale de cette épidémie mondiale", estime-t-il.

Ainsi donc, Madagascar est plutôt bien noté ces dernier temps sur le plan international, mais il importe de  ne pas dormir sur ces lauriers et d'être toujours sur ses gardes.

Nous sommes nombreux à ne plus vouloir de ce monde dont l’épidémie révèle les inégalités absurdes...  Mais « l’histoire nous juge sur nos résultats, et non sur nos intentions », disait John  Fitzgerald Kennedy.

En cette veille du 60ème anniversaire de l’acquisition de l’indépendance, on ne peut que souhaiter à Madagascar de passer sans trop de casse cette crise sanitaire et de continuer sa progression sur le chemin du développement.

Randy Donny

Article paru dans le numéro 6 de "Demokrasia", le magazine trimestriel du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l'Etat de Droit (HCDDED).

 

11/02/2020

Assassinat de Ratsimandrava : une affaire à la JFK !

Ratsimandrava intéresse toujours le public !, titrais-je en 2000 à l'occasion d'une exposition sur le personnage qui a drainé plus de 4000 personnes dont 1110 lors de l’inauguration. 45 ans après son assassinat, le 11 février 1975, c'est toujours le même engouement, en raison du mystère qui entoure sa disparition. 

Devenu héros national du jour au lendemain de son assassinat, le 11 février 1975, le colonel Richard Ratsimandrava était une de ces personnalités qui ont réussis a coup de persévérance personnelle. D’où certainement aussi l’attrait du personnage.

Madagascar, Randy Donny, Ratsimandrava, assassinat, JFK, Kennedy

Renouveau du fokonolona

Comparaison n’est jamais raison. Malgré tout, il est difficile de ne pas faire un parallèle avec le président américain J. F. Kennedy, mort également ans des circonstances non encore élucidées jusqu’à présent. Comme John Kennedy, chantre d’une « nouvelle frontière ». Ratsimandrava, était venu à la barre suprême de l’Etat avec un programme dont les grands points étaient déjà connus du peuple du renouveau du « Fokonolona ». D’autre part, si Kennedy était le premier, et jusqu'à présent unique, président américain non-Wasp (White anglo-saxon protestant), les Kennedy sont catholique, Ratsimandrava était le premier et jusqu'à présent unique, du moins jusqu’à preuve du contraire, chef d’Etat malgache descendant d’ « andevo » (Il parait que le mot « esclave » n’est pas idoine).

L’a-t-on  assassiné parce qu’une bande rivale de politicards voulait s’approprier le pouvoir au nom d’un autre programme ? Ou bien là t on éliminé de par son origine sociale ? Certainement les deux à la fois. Mais notre propos n’est pas de révéler ici quelques éléments secrets entourant sa mort. L’histoire s’en chargera bien un jour. Il s’agit juste d’une brève biographie (non autorisée) du personnage, un de ceux que les cours des choses ont transformé en mythes populaires malgré eux.

Citoyens français

Aussi loin que l’on remonte dans sa généalogie, on retrouve une arrière arrière grand-mère dénommé Rampy, morte en 1857. Un de ses petits fils, Maralahy, a laissé un précieux manuscrit ou il relate ses efforts pour sortir de la condition servile à coup de livres. C’est la nièce de Maralahy, Ravelonjanahary, qui donna la naissance à la mère du colonel Richard Ratsimandrava, Rasoanindrina. L’époux de celle-ci, autrement dit le père du colonel, était une personnalité qui à brillé par sa culture. Professeur assistant à l’école Le Myre de Vilers , c’était un féru des livres et d’information. « il possédait une vieille radio branché sur radio Londres ou il écoutait les nouvelles de la Grande guerre. Comme il parlait l’anglais, ils traduisait les nouvelles a ses amis », se souvient la veuve du colonel, Thérèse Razafindramoizana.

Contrairement a son ancêtre Maralahy, qui a espéré mais en vain de se libéré de son statut d’« andevo » par la bible et l’enseignement, Ratsimandrava père a demandé et obtint, la nationalité française. Ce qui lui a permis d’amélioré considérablement sa situation sociale. Ceci explique pourquoi Ratsimandrava ait pu fréquenter le Lycée Gallieni. Passeport indispensable pour des études en France avec, pour lui, direction l’école militaire de St Cyr en 1952.

Madagascar, Randy Donny, Ratsimandrava, assassinat, JFK, Kennedy

Conscience communautaire

Séduit par le concept de « déshérités » le père grossi le rang du Padesm. Il fit du journalisme en compagnie des Zafimahova. Richard Ratsimandrava, lui, acquit sa conscience nationaliste, teinté de populisme, lors de ses expériences militaires au sein de l’armée Française. On l’a envoyé pour soumettre les militants anticolonialistes au Maroc (1956) et en Algérie (1958) ou il devient membre du comité de Salut public.

«  À l’époque il commandait un détachement de militaires vazaha. Mais en fait, son principal souci était de protéger la population contre les rebelles qui pillaient les villages pour s’approvisionner, un peu comme au temps des Menalamba. C’est là qu’il apprit à connaître le dynamisme des communautés », raconte sa veuve, Thérèse Razafondramoizana, qui poursuivit, « ceci explique pourquoi il a proposé sa médiation lors de la révolte de 1971 dans le sud. Il ne comprend pas pourquoi on s’entre tue entre Malgaches, comme il n’a jamais accepté l’envoi d’une légion étrangère pour mater la révolte. Contrairement a ce qu’on dit, il n’a pas tué des gens dans le Sud.Il a plutôt contribué a sa pacification».

Dans la soirée du 11 février 1975, le cortège qui devait l’escorter après un conseil du gouvernement, à Anosy, s’est arrêté devant sa maison a Anjohy, puis est repartit. « J’ai compris tout de suite. Il y avait surement une embuscade quelque part », à déclaré Thérèse Razafindramoizana. « les jours d’avant, on nous a toujours dit de faire attention », se souvient de son coté une de ses filles, Danielle Ratsimandrava. Ce soir là, l’Histoire accueillit une nouvelle figure de légende, une de plus dans sa collection.

Randy D. in "L'Express de Madagascar" du mercredi 09 février 2000, pp. 10

A voir :11 Fevrier 1975, assassinat de Ratsimandrava. Version complète ici.

A lire : « L’introduction au cahier de Maralahy » par Juliette Ratsimandrava et Fred Ramiandrasoa in « L’esclavage à Madagascar », Actes Colloque international sur l’esclavage, Tananarive, 1996.

 

09/02/2020

Guide raisonnable pour horrible bruit

Une journaliste publie un article illustré par erreur par une photo qui n'a aucun lien avec le sujet. Là-dessus, un obscur musicien se met à insulter la journaliste en la rappelant d'où elle vient.  Par solidarité, je publie ici cet article que j'ai écrit il y a plus de 20 ans chez "L'Express de Madagascar", sans commentaire.

journalisme, Les Nouvelles, Daniele Holy, Madagascar

« (…) Journalistes et musiciens ne peuvent pas être potes longtemps ; quand vous écrivez des jugements sur untel dans les journaux, untel risque fort de ne pas apprécier. C’est la règle du jeu. Et parfois vous êtes surpris : vous vous dites que vous avez écrit une critique très positive du dernier disque d’untel, mais il y a un détail, une information qui l’a chiffonné, et donc untel vous hait. Les [artistes] montent sur scène pour séduire un public, ils ont une image très forte et déformée d’eux même, tout cela est affaire de narcissisme, de pouvoir… Là-dessus, un morveux de la presse va écrire, s’emparer de leur image présenter un portrait d’eux différent de celui qu’ils imaginent… ça ne peut que les troubler, les déstabiliser, puisque ça brise l’image qu’ils se projettent d’eux même. Je pense donc qu’il y aura toujours une barrière invisible entre journalistes et musiciens ».

journalisme, Les Nouvelles, Daniele Holy, Madagascar, Randy Donny, Nick Kent

Ces mots ne sont pas de moi, mais de Nick Kent, un grand rock-critic britannique, un des maitres à penser à tous. Je les ai choisis exprès aujourd’hui à l’adresse des artistes habitués à la pommade de l’ancienne école. Et pour dire une bonne fois pour toutes à certains artistes que les critiques agacent, que les journalistes ne sont pas nés pour les encenser. Si les artistes « empalent » les hommes politiques dans leurs chansons, les journalistes peuvent également surprendre les artistes dans leurs conneries. En tout cas, les journalistes sont là, non pas pour servir l'artiste. Les journalistes ont le devoir d’éclairer, d’aiguiller, d’affiner le choix du public. Mieux : les journalistes doivent prouver sans cesse que l’art peut être autre chose qu’une simple distraction.

Et si, par aventure, l’artiste estime qu’un article sur lui a dépassé les bornes, il a droit à ce qu’on appelle un droit de réponse qui, selon la loi, doit être impérativement publié dans les jours qui suivent à l’endroit ou s’est trouvé l’article incriminé. Usez de ce droit important qui est le vôtre et que (privilège particulier des artistes) les autres - y compris les journalistes – n’ont pas vis-à-vis de vos textes, même les plus virulents. Alors, prenez votre plume, quitte à le tromper dans le venin, mais jamais, au grand jamais n’allez vociférer des menaces. On peut les retenir plus tard contre vous. D’ailleurs, l’art est un truc d’intellectuels. Et les intellectuels n’on jamais les poings faciles. N’allez pas non plus invectiver avec des gros mots qui n’apportent rien de positif à votre moulin. Au contraire, cela ne fera que conforter l’image classique qu’une partie du public a toujours eue vis-à-vis des artistes (surtout ceux qui arborent un look peu ordinaire) : des bandits, alcooliques et drogués. Last but not least, ayez le courage de vos opinions. Et n’oubliez pas l’effort que fait le journaliste avant de pondre le guide raisonnable des horribles bruits que certains d’entre vous accouchent. A bon entendeur… Salut l’artiste !

"L'Express de Madagascar" du samedi 22 février 1997, pp. 17