Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2016

A tous les tribalistes que j'ai emmerdé avant !

Fermé pour cause d'inventaire. Si vous ne me voyez pas souvent ces derniers temps, c'est effectivement parce que je suis en plein dedans. Je fouille dans mes archives en vue d'un livre. Et là je constate que des choses que j'ai écrit il y a 10-20 ans demeurent toujours valables. Triste. Oui, parce que cela veut dire que l'on n'a pas avancé d'un iota. Pire, on a même régressé sur bien de points. Pas seulement au niveau économique, mais aussi sur d'autres sujets où l'on est obligé parfois de tout reprendre depuis le début. Tant pis, je ne me lasserais jamais de le faire.
Voici donc, livré tel quel sans aucun changement, un article que j'ai publié dans « L’ Express de Madagascar » du mardi 6 août 1996, pp. 16 à l'occasion du centenaire de l'annexion de Madagascar par la France. Curieusement, il se charge d'actualité en ce moment où des abrutis, incultes et inconscients, jouent aux pyromanes à travers les médias des mille collines en exhumant les vieilles rivalités tribales pour cause de flambeau (à l'huile) mal transmis.

06 AOÛT 1896 – 06 AOÛT 1996
CENTENAIRE DE LA LOI D’ANNEXION : NAISSANCE D’UNE NATION

Madagascar, histoire, tribalisme, Merina, Sakalava, Randy Donny


                      « Robinsonade ». Telle est le qualificatif que l’historien E.T. Gautier a donné au débarquement    des premiers hommes à Madagascar. De ces participants à cette robinsonade donc jusqu’aux 13 millions de citoyens actuels, que de chemins parcourus, main dans la main ou face-à-face, à travers l’histoire. Une période décisive en est la colonisation qui –involontairement- a uni les différentes tribus disséminées à travers l’île et leur fait prendre conscience de cette unité En cette année du centenaire de la loi d’annexion, ce fait mérite d’être souligné.


Les plus anciens indices montrant la présence d’éléments humains à Madagascar ne nous permettent pas d’aller plus loin qu’au IIe siècle après Jésus-Christ. Il s’agit de grains de riz carbonisés recueillis dans l’île Mangabe (région Masoala).
Formant des clans, puis des tribus, les premiers Malgaches s’organiseront en royaumes vers le XVe-XVIe siècle. Le concept de royaume fut apporté par une de nos branches ancestrales, les Arabes, qui essaimèrent dans Madagascar à partir du VIIe siècle. Outre chez les Antemoro et apparentés (un des leurs, Rambo, est à l’origine des dynasties royales tanala et betsileo), ainsi que chez les Antambahoaka et Antanosy (qui disent descendants de l’arabisé Raminia), la présence arabe est palpable jusque chez les Sakalava.
Tentatives d'unification
Faut-il rappeler que les Sakalava sont à l’origine de la première tentative d’unification de Madagascar un seul et unique Etat ? Les conquêtes sakalava ne dépassèrent pourtant pas le tiers de Madagascar. Le royaume merina fera mieux. Nullement à cause d’une quelconque supériorité naturelle, mais pour des raisons d’ordre historique et géographique.
- Raison historique : l’Imerina a été le foyer d’une lutte sans merci entre les premiers occupants (les Vazimba) et les nouveaux arrivants. Ces derniers ont été alors obligés de s’unir sous la houlette d’un chef de guerre. Une union qui s’avèrera encore plus nécessaire quand viendront, plus tard, les razzias d’esclaves venus des côtes pour approvisionner les trafiquants américains. Ce qui permettra la fixation au sol du peuple pour la production, et donc d’un enrichissement de l’intérieur.
- Raison géographique : le milieu joue une influence énorme dans le destin d’un pays, d’une population. Certains éléments géographiques peuvent en effet, contribuer à la fixation d’une capitale d’où partira l’unité du pays. Il en existe de nombreux exemples à l’étranger : rôle de l’Ile de la cité (Paris) pour la France, de la Tamise (Londres) pour le Royaume –Uni, du Tibre et du Palatin pour Rome, de la Moskova pour la Russie, de Manzanares (Madrid) pour l’Espagne, etc. Les éléments géographiques pouvant jouer un rôle de refuges, de sites défensifs. A Madagascar, c’est l’Imerina qui a joué ce rôle. Car l’Imerina et ses environs sont favorables à l’implantation humaine à cause d’un réseau hydrographique qui y passe, formé par l’Ikopa, le Sisaony, le Mamba… Mais surtout par l’existence de la plaine de Betsimitatatra entourée des « 12 collines défensifs ». Plaine hostile, marécageuse et fréquemment inondée, le Betsimitatatra sera aménagé grâce à un effort collectif et continu de la population. Un travail de longue haleine, vecteur d’unité et d’enrichissement et donc de puissance qui n’a pas d’équivalent dans les royaumes périphériques. Faut-il dès lors s’étonner que ce soit avec Radama I que les Anglais ont choisi de nouer des relations en 1817, alors que le royaume Merina ne possédait encore à l’époque qu’aucune once de territoires en dehors des Hautes terres ? Petit à petit, le royaume Merina s’agrandira pour finir par unifier, à la fin du XIXe siècle, les deux tiers de Madagascar. Loin d’être une conquête coloniale ou d’impérialisme, au sens que ces termes ont reçu dans l’histoire universelle, l’expansion merina doit être plutôt considérée comme une œuvre d’unification nationale, tel que ce qui s’est passé, à la même époque, en Italie (de 1859 à 1870) sous la direction du Piémont-Sardaigne ou en Allemagne (de 1862 à 1872) sous la conduite de la Prusse.
Ce bel élan venant de l’intérieur sera stoppé net par l’arrivée au pouvoir de l’oligarchie Hova, personnifié par un Premier ministre qui n’avait ni le pouvoir charismatique des anciens rois, ni la source de l’autorité nécessaire pour imposer les réformes et l’innovation, ni la puissance économique et militaire des Européens. Rainilaiarivony (l’autre centenaire) exerçait le pouvoir plus au moyen de la richesse que par l’autorité. D’où le manque de crédit des dirigeants auprès de la population. Et, chemin faisant, auprès de l’armée. Ceci explique la facilité déconcertante avec laquelle le corps expéditionnaire français a conquis Madagascar. (25 tués au combat pour une armée de 15 000 hommes). D’autant plus que pour les Malgaches de l’époque, la « terre-des-ancêtres » se limitait encore à la région où se trouve le caveau familial.
Conscience nationale
Le royaume Merina n’étant parvenu à regrouper que les deux tiers de Madagascar, c’est en définitive au pouvoir colonial donc que l’on doit l’unification réelle et véritable du pays. Et ce, sous la bannière d’un seul Etat. Mieux, les exactions coloniales finiront pour avoir raison des stupides préjugés tribaux pour donner aux Malgaches la conscience de son identité historique et culturelle commune. L’unité linguistique étant déjà incontestable. Elle sera d’ailleurs renforcée encore plus par la nécessité d’harmoniser les textes administratifs coloniaux. C’est ainsi que, malgré elle, la colonisation fit maitre chez le Malgache une conscience nationale. En 1915, par exemple, la VVS (mouvement secrets regroupant des militants émanant des quatre coins de l’île) a donné consigne aux miliciens malgaches envoyés dans le sud de ne pas tirer sur les compatriotes que sont les « Sadiavahy », en pleine révolte contre les impôts coloniaux.
Plutôt récent, en comparaison à ceux des pays occidentaux, le sentiment nationaliste est encore fragile à Madagascar. C’est pourquoi les politiciens, émules de Galliéni, sont tentés à chaque fois de la malmener à chaque crise de régime.
Heureusement, Madagascar n’est pas le Rwanda, et la Yougoslavie est loin. D’ailleurs chaque tentative de division ne fait que renforcer davantage encore, chez le Malgache, la conscience de l’unité de sa Nation. (A-t-on déjà divisé quelque chose qui l’est déjà ?). Les manifestations marquant la centenaire de l’annexion de Madagascar par la France est une opportunité pour renforcer cette union.

Randy

03/09/2013

Marc Ravalomanana : la fin du "minono fotsiny ihany"

On ne sait pas encore qui sera le vainqueur des prochaines élections présidentielles. Mais d’ores et marc ravalomanana,madagascar,andry rajoelinadéjà, on sait qui en est le grand perdant. Telles qu’elles se dessinent actuellement, elles entérinent la déroute politique de Marc Ravalomanana, du moins pour le moment. Reste à savoir s’il saura faire le Phénix. Empêché de revenir dans le pays à coups de NOTAM ; empêché de se présenter par des processus judiciaires dont le déroulement a fortement métissé la Justice avec la Mascarade ; puis empêché d’avoir le représentant de son choix avec les manœuvres dilatoires pour faire obstacle à la candidature de Lalao Ravalomanana, l’ancien Président sera donc totalement absent du prochain scrutin. Et ce, même si certains abrutis manipulateurs tentent de faire passer le message d’une présence de la mouvance Ravalomanana par le biais de plusieurs dignitaires de l’ancien régime ou de la mouvance Ravalomanana.

Trois raisons à la déroute politique

Quoique l’on puisse dire, il y a déroute politique de Marc Ravalomanana. Elle est beaucoup plus le résultat d’erreurs de jugements de sa part, que d’une quelconque capacité stratégique de la part d’Andry Rajoelina, et seuls ceux atteints du syndrome psychiatrique du Rabbi K. Miossey affirmeront que la défaite d’une partie ne peut être que le fruit de la supériorité intellectuelle de l’autre. Certains creusent eux-mêmes le trou dans lesquels on n’a plus qu’à les pousser.

Les principales erreurs de Marc Ravalomanana et ses partisans sont au nombre de trois.

La première, c’est d’avoir mélangé dévotion naïve et stratégie politique. Le « minoa fotsiny ihany » (il suffit de croire) de 2002 avait des allures répréhensibles d’opium du peuple. Appeler le peuple à « croire simplement » était pour moi un appel suspicieux envers la population pour qu’elle s’abstienne de réfléchir, et d’attendre que les choses se fassent d’elles-mêmes, pendant que d’autres réfléchissent à sa place. Pour le laïc forcené que je suis, doublé d’un cartésien adepte du doute, il faut laisser la foi dévote et les bigoteries dans les affaires de l’Église, et non dans le domaine de la politique.

Si le « minoa fotsiny ihany » a semblé fonctionné pendant la crise de 2002, c’est parce que Marc Ravalomanana avait certains avantages sur le terrain, qu’il n’avait plus en 2013. Continuer à adopter le « minoa fotsiny ihany style » ne pouvait que mener sa Mouvance de désillusions en déconvenues : espérer le retour de Marc Ravalomanana, annoncé périodiquement (et en vain) depuis … 2009 pour « très bientôt » ; puis espérer que la SADC allait réussir à imposer ce retour ; puis encore espérer que les arguties juridiques pour noyer le poisson de la fameuse règle électorale des six mois de résidence allaient passer ; puis enfin, espérer que la demande de candidat de substitution présentée hors des délais légaux pour le faire allait être acceptée par la Cour électorale spéciale (CES).

Le deuxième paramètre est un ahurissant manque de capacité à lire une situation politique, et à s’y adapter au moment adéquat. Résultat, Marc Ravalomanana a toujours eu un temps de retard depuis l’élection de Rajoelina à la Mairie de la Capitale. Alors que lui et ses supporters devaient comprendre que cette défaite de leur poulain Hery Rafalimanana était un vote-sanction contre le régime, ils ont continué à multiplier les avanies contre le DJ, le faisant ainsi bénéficier des bénéfices de cette martyrisation ; tout en continuant leur comportement arrogant dans la gestion du pays qui commençait à irriter l’opinion publique. Puis, quand la crise a commencé, au lieu de comprendre qu’il fallait lâcher du lest, ils ont multiplié les bravades alors qu’ils avaient manifestement perdu le soutien de la rue. Non pas que les pro-Rajoelina étaient majoritaires, mais plutôt parce que les pro-Ravalomanana restaient tranquillement chez eux en espérant que la Révolution orange allait cesser du jour au lendemain, par la magie du « minoa fotsiny ihany ».

Puis après la réussite du coup d’État, ils ont refusé de voir que les militaires, les magistrats et les hauts fonctionnaires qui avaient fait allégeance au régime actuel allaient tout faire pour assurer son maintien, par la manipulation des armes ou la perversion du Droit. Pour certains, il pouvait s’agir d’un phénomène de corruption, avec des avantages et cadeaux pour ceux qui montrent une servilité à toute épreuve. Mais cela n’est pas l’unique raison. Marc Ravalomanana a humilié, limogé, et fait du mal à tellement de monde, que ce « tellement de monde », une fois en capacité de le faire, s’est fait un plaisir et un devoir de lui mettre des bâtons dans les roues, par esprit de vengeance, même sans avoir à être corrompu.

Dans ce contexte, espérer que le retour de Marc Ravalomanana serait possible et faisable ne pouvait que mener vers une illusion. Et enfin, par rapport aux élections présidentielles, le choix de Lalao Ravalomanana comme représentant était à l’époque un excellent choix tactique. Mais une fois que le régime Rajoelina a démontré qu’il ne s’embarrasserait d’aucun scrupule pour y faire obstacle, la mouvance Ravalomanana aurait dû se mettre à bâtir un plan B, au lieu d’insister dans une voie qui se révélait être sans issue. Mais à force de persister dans le « ou Neny, ou rien », la mouvance s’est retrouvée avec rien.

Le troisième paramètre, et en cela Marc Ravalomanana ressemble à Didier Ratsiraka, c’est qu’il n’a jamais envisagé de préparer sa relève politique, espérant une présence au pouvoir ad vitam aeternam. Leur ego hypertrophié leur a toujours fait considérer qu’ils étaient uniques, et ils se sont arrangés pour limiter les envergures et les ambitions de leur entourage, afin que personne ne puisse leur faire de l’ombre. Au final, quand le cours de l’Histoire les a subitement dégagé, il n’y a eu personne qui s’est révélé prêt et capable de jouer le rôle de remplaçant, ce qui oblige les équipes à du bricolage sur la base des lambeaux, tant en 2002 pour le parti AREMA de Ratsiraka, qu’en 2009 pour le parti TIM de Ravalomanana. Et il était pitoyable de voir certains passer en revue les titulaires du patronyme Ravalomanana pour voir qui pourrait être candidat à la place de Marc : Lalao ? Tojo ? Sarah ? [1] Comme si, à part ceux qui portaient ce nom, c’était le désert complet, et que l’héritage politique devait obligatoirement se considérer comme un patrimoine de famille, à la bonne grosse sauce africaine. Et le plus ridicule pour les « zanak’i Dada » en manque de repères, c’est qu’au fil de la crise, ils se sont raccrochés à des espoirs générés par des anciens mutins, tels que la mutinerie à la BANI avec Noel Rakotonandrasana et compagnie, ou encore les pseudo amendes honorables de Charles Andriantsoavina, devenues parole d’évangile pour beaucoup de pro-Ravalomanana. Il fallait vraiment que les supporters de Ravalomanana soient désespérés pour se raccrocher à ce genre de personnes, surtout après ce qu’il a leur fait.

L’absence de la Mouvance Ravalomanana de la dynamique des élections présidentielles risque de la mettre en veilleuse, si elle n’arrive pas à retomber sur ses pieds. De plus, le phénomène de désertion au sein des rangs de la Mouvance risque de s’accentuer, car certains vont certainement préférer voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, chez d’autres candidats (« tsy mitaingina soavaly maty »). Depuis 2009, combien de leaders légalistes, de membres éminents du GTT, et d’anciens hiérarques du TIM ne sont-ils déjà « passés à l’ennemi », pour le plaisir des postes et des avantages ? Enfin, il ne faut pas oublier que la complicité entre certains acteurs de la communauté internationale et les auteurs du coup d’État s’est basée sur un intérêt commun : écarter Marc Ravalomanana de la vie politique du pays. Il est à prévoir que cette collusion ne se perpétue encore un certain temps pour éviter le retour trop précoce de Marc Ravalomanana, de façon à ce que sa notoriété s’étiole en exil, et qu’il finisse par ne plus représenter un poids politique capable d’un retour en zone.

Quels choix pour le futur proche ?

Aujourd’hui, il faut que la mouvance Ravalomanana fasse des choix sur le présent. Même si une certaine logique le voudrait, de mon point de vue elle ne doit pas quitter les institutions de transition, pour continuer à exister et ne pas disparaître complètement du paysage politique. Cela lui permettra de sauver les meubles et de préparer l’avenir. Car elle doit également faire des choix pour le futur, et a trois possibilités pour se reconstruire.

La première est de faire le dos rond, oublier les présidentielles (voire même les boycotter, ce qui serait à mon avis la solution la plus intelligente), et travailler sur les autres élections à venir : les législatives et les communales. C’est à travers le Parlement qu’elle pourrait, si elle en est capable, démontrer qu’elle représente encore une force avec laquelle compter. Et si elle s’y prend bien, les portes de la Primature pourraient lui être ouvertes. Si j’avais été le stratège politique de Lalao Ravalomanana, je lui aurais en plus suggéré fortement de se présenter aux municipales d’Antananarivo. Dans le contexte actuel, c’est une victoire quasi-assurée, avec des bénéfices politiques à court, moyen et long terme.

La deuxième, c’est de s’engager dans des mouvements de rue pour faire obstacle au processus électoral en cours. À mon avis, solution à éviter, car non seulement elle aura des résultats aléatoires, mais en plus, elle risque plus dans le présent contexte de fragiliser la mouvance que de la renforcer. La plupart des va-t-en-guerre sur les forums se trouvent à 10.000 km du théâtre des opération, et ceux sur place sont très courageux, mais juste grâce à l’anonymat devant leur écran. D’ailleurs, les affluences maigrichonnes des deux tentatives qu’elle a organisée il y a dix jours à Ambohijatovo, puis à Ankorondrano, l’ont obligée à inventer une annulation de dernière minute. Il y a certes des dynamiques qui sont en train de s’enclencher pour appeler à des manifestations de protestation contre les élections, que ce soit sur internet (Wake Up Madagascar, blogueur Pakysse etc), mais aussi à la radio, surtout avec la récente intervention d’Onitiana Realy sur Radio Plus [2]. Mais ces dynamiques sont surtout apolitiques et basées sur une volonté d’expression de la citoyenneté, et je doute fort qu’elles acceptent de prendre une coloration partisane pro-Lalao Ravalomanana. La mouvance éponyme ne devrait donc pas trop rêver dessus pour le moment.

La troisième solution pour la mouvance Ravalomanana, c’est de s’accoupler lors des présidentielles avec un des Ravalomananistes défroqués (Radavidson Andriamparany, Rajemison Rakotomaharo, Fetison Rakoto-Andrianirina) ou l’un des supposés Ravalomananistes tels que William Ratrema ou Jean-Louis Robinson. Pari risqué, car la mouvance ne serait pas en position de force pour négocier à son avantage. Mais il est évident que celui qui se ferait adouber par Marc Ravalomanana monterait immédiatement à la catégorie supérieure, de celle des sans aucune chance à celle des candidats sérieux. Reste à savoir lequel d’entre ceux qui espèrent cet adoubement pourrait le capitaliser, et avoir la force mentale et l’envergure nécessaire pour faire jeu égal avec ceux dont les campagnes aux moyens illimités sont financées par les opérateurs de bois de rose et les racketteurs d’entreprise minières.

Enfin et surtout, Ravalomanana et ses supporters doivent admettre que le combat politique est une affaire de politique, et pas de dévotion aveugle et stupide. Le « Minoa fotsiny ihany » a montré ses limites, et contrairement à l’ancien roi du yaourt, c’est maintenant le DJ qui boit du petit lait. Rajoelina, qui rêvait d’effacer par les urnes l’infamie de son image de petit putschiste pour gagner une respectabilité de chef d’État élu, est aussi un perdant de ces élections en ne pouvant pas se présenter. Mais malgré tout, l’envergure de la déroute de Marc Ravalomanana n’a rien à avoir avec cette défaite du DJ, qui a encore plusieurs avantages dans la situation présente. À commencer par la possibilité de son plaisir ultime : être accueilli en tant que chef d’État à la 67ème session de l’Assemblée générale des Nations unies à New-York à partir du 17 septembre 2013, pour y prononcer un de ses habituels discours creux, où il va sans doute se permettre de donner des leçons de démocratie (si ce n’est une allocution plagiée, comme il y a quelques années).

En espérant que le Red’Chef et le modérateur soient encore en vacances, je me permettrai une chute un peu triviale, que je prie les lecteurs de me pardonner d’avance. Minonoa fahatany eo ihany. Avis donc à ceux qui se complaisent à chercher leur plaisir en faisant le « minono fotsiny ihany » : à force de telles pratiques naïves, on finit par se faire avoir bien profond, et sans vaseline. Dia aza misy miteniteny.


lundi 2 septembre 2013, par Ndimby A. in www.madagascar-tribune.com

23/07/2012

Encore un putsch qui a fait pschitt !

3 morts et des blessés, hier, au camp du RFI Ivato
Dès le début de la mutinerie d'hier, tous les pro-Ravalomanana ont crié étrangement en choeur qu'il s'agit d'un acte émanant d'Ambohitsorohitra pour empêcher Andry Rajoelina d'aller rencontrer Marc Ravalomanana. A la lumière des récentes déclarations pourtant, et surtout du dernier communiqué de la Sadc qui se montre "fâchée" à l'endroit de la mouvance Ravalomanana, il apparaît que le scénario est écrit par une tout autre main.

Page UNE(1).jpg
Un ras le bol général de la part d’un caporal et de ses amis ? Un acte désespéré qui voulait imiter Bokassa, auteur d’un coup d’Etat en Centrafrique alors qu’il n’était que sergent ? Pour le Gal Ramakavelo, c’était un acte visant à saboter la rencontre entre l’ancien président Marc Ravalomanana et le président de la Transition
La rencontre est prévue se tenir demain aux Seychelles, mais il n’y a aucune confirmation officielle pour l’instant. « Aucune information officielle n'a été publiée sur le déroulement proprement dit », confirme un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Le Bureau de liaison de la Sadc se contente d’affirmer, dans un communiqué publié le 21 juillet, que « la réunion aurait lieu dans un proche avenir comme initialement prévu ».  Mais alors, d’où provient la fuite sur la date et le lieu de la rencontre ? La Sadc pointe du doigt la mouvance Ravalomanana. 
« Il est inacceptable et plutôt malheureux pour la mouvance Ravalomanana de faire des déclarations de la manière dont elle l’a fait. La Troïka a demandé aux parties prenantes concernées de s'abstenir de  faire une annonce publique. Il appartient à la Troïka de façon adéquate et appropriée d’informer le public et la population malgache. Ce genre d'opportunité politique n'est pas utile pour le processus », peut-on lire dans le communiqué de la Sadc qui ajoute « la Troïka assigne tous les acteurs politiques de s'abstenir de manœuvres politiques et les incitations inutiles ».
Mais pourquoi la mouvance Ravalomanana a-t-elle passé outre à un accord passé avec la Sadc concernant le caractère discrétionnaire de la rencontre ? Tout simplement en vue de la saboter. Les récentes déclarations l’attestent. . « Branle-bas au sein des Forces armées : Directoire militaire en gestation ! », annonce le journal « Midi Madagasikara » le 12 juillet, en précisant que « un officier général, qui n’est autre qu’un ancien Cemgam du temps de l’ancien président Ravalomanana Marc, aurait également convoqué une rencontre avec le Cosofam (...) La question d’une prise de pouvoir par les militaires aurait été également évoquée au cours de la réunion ». Parmi les mutins arrêtés hier figure justement l’adjudant-chef Esora, un des leaders du Cosofam.
Mais pourquoi Ravalomanana veut-il faire capoter la rencontre ? C’est parce qu’il craint un arrangement entre l’Afrique du Sud et la France concernant son sort. Le 29 mai, Laurent Fabius, nouvellement nommé ministre des Affaires étrangères française, a reçu Maïté Nkoana-Mashabane, ministre des Relations internationales et de la coopération de la République d’Afrique du Sud au Quai d’Orsay. Les deux parties ont alors déclaré qu’elles ont trouvé un consensus concernant les affaires en cours en Afrique. Résultat : Jean Ping, protégé historique de la France est lâché au profit d’une ex-femme de Jacob Zuma. Il n’est pas à écarter que le dossier Madagascar a été également étudié par les deux parties. D’ailleurs, Laurent Fabius lui-même a téléphoné à Nkosazana Dlamini-Zuma, après son élection à la Présidence de la Commission de l'Union africaine, pour la féliciter et lui exprimer son souhait de l’accueillir à Paris « afin de s'entretenir avec elle des multiples défis auxquels l'Afrique est confrontée et des opportunités que présente ce continent d'avenir ».
Une petite phrase, reprise par les médias français corrobore tout ceci. « Une source diplomatique, jointe par l’AFP,  a évoqué une possible mise en scène destinée à impressionner la communauté internationale et à perturber la rencontre entre MM. Rajoelina et Ravalomanana ». La source « diplomatique » est anonyme, mais tout porte à croire qu’elle provient des Etats-Unis. Un blogueur qui signe « Reflexiums » et qui ne porte pourtant pas Andry Rajoelina dans son cœur s’étonne que l’ambassade américaine fasse une « étrange offensive médiatique » ces derniers temps. « Ce comportement étrange des Américains et a commencé dès le changement de pouvoir en France. Ce n’est qu’une théorie du complot, me direz-vous, mais je pense que les USA sentent que les socialistes sont plus distants avec les vieilles habitudes et qu’ils veulent tenter leur chance pour revenir sur la scène », conclut-il. CQFD.
Randy D.

Publié dans "L'Observateur" du lundi 23 juillet 2012.

08/02/2012

Claude Guéant est un arabe

La photo en bas est ma part de débat aux polémiques nés de la déclaration de Claude Guéant qui affirmait que "toutes les civilisations ne se valent pas".Claude Guéant arabe.jpg

Publié dans "L'Observateur" du lundi 6 février, pp. 9.

C'est le costume que Claude Guéant doit porter car non seulement les Arabes n'étaient pas arrêté à Poitiers, mais de plus, d'après des généticiens, tous les hommes descendent des Arabes. Claude Guéant, Marine Le Pen, Philippe de Villiers, Hitler ou encore Anders Behring Breivik descendent d'ancêtres communs ayant peuplé la péninsule arabique après avoir quitté le berceau de l'humanité, l'Afrique.

De quoi se moquer des soldats US qui partent pour mettre au pas "des pays sauvages". La honte au kenyan d'origine, Barack Obama.

Abou Ghraib.jpg

02/11/2011

L'onde de choc Wikileaks à Madagascar

Je sors ceci en guise de soutien en ce moment où Wikileaks est en difficulté. J'utilise de temps en temps des documents publiés par Wikileaks dans mes rédactions dans "L'Observateur". Madagascar, Transition, Andry Rajoelina, Zazah Ramandimbiharison, Wikileaks

Le 6 septembre 2011, je parlais des remarques du directeur de Cabinet de la Présidence, à propos du... président de la Transition, Andry Rajoelina lui-même. 

Ci-dessous la teneur, illustrée par une capture d'écran de Wikileaks.

Madagascar, Transition, Andry Rajoelina, Zazah Ramandimbiharison, Wikileaks

Un mois après, le directeur de Cabinet, Zazah Ramandimbiharison, est remplacé par Rija Rajohnson, un ancien ministre, le 18 octobre.

Madagascar, Transition, Andry Rajoelina, Zazah Ramandimbiharison, Wikileaks

Alors, qu'est-ce qu'on dit ? Que Wikileaks puisse continuer à exister.