Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2010

Heurs et malheurs économiques de la Transition

Madagascar.jpgVoici le dernier rapport de la Banque mondiale sur les 12 derniers mois. Je le publie ici en entier avec aucun commentaire pour permettre à chacun de former sa propre opinion.

Incertitude reste le maître mot  pour décrire où en est l’économie malgache aujourd’hui.

Globalement, les activités du secteur privé ont rebondi après l’effondrement qui avait été constaté lors des événements politiques du premier trimestre 2009 (manifestations, pillages, etc.). Toutefois, ce regain reste timide car les niveaux d’activités sont bien au-dessous de ceux observés avant la crise, comme l’indique le comportement de la consommation d’énergie, des exportations, et du crédit bancaire. Surtout, il est inégal tant à travers les secteurs que les régions.

Les zones urbaines sont plus touchées, ainsi que les secteurs tournés vers les marchés extérieurs (tourisme, textile) et ceux associés au financement public comme la construction. Les secteurs épargnés sont l’agriculture en raison de bonnes conditions climatiques, le secteur de l’alimentation car la demande pour ces produits est fortement inélastique et le commerce informel qui sert de « soupape de sécurité » pour ceux qui perdent leur emplois dans les secteurs formels.

Depuis le début de la crise, la politique budgétaire n’a pas toujours été stable, avec des engagements des dépenses plus prononcés en juillet 2009 et, surtout, pendant le dernier trimestre 2009. Lors de ce dernier épisode, les dépenses engagées ont largement dépassés le niveau des revenus domestiques, créant un écart de financement proche de 250 millions de dollars.

Pendant les trois premiers mois de l’année 2010, le Gouvernement a rencontré des difficultés à financer ces dépenses car le marché domestique des obligations n’a pas répondu entièrement aux offres successives et cela malgré une hausse de trois points des taux d’intérêts. Le recours à la Banque centrale est resté périlleux car il est immédiatement interprété comme inflationniste par les opérateurs financiers. Comme résultat, le Gouvernement est depuis revenu à une politique d’austérité en engageant que 11 % des dépenses entre janvier et mars 2010, payant les salaires des fonctionnaires et le service de la dette, mais en stoppant quasiment toutes les autres dépenses. Cela n’a pas empêché des retards de paiements qui étaient encore approximativement égaux à 20 millions de dollars à la fin mars, soit largement au-dessus des standards historiques.

Le comportement des marchés financiers a été volatile depuis le début de l’année 2010, reflétant les variations de la politique budgétaire, certaines interventions sur le marché des changes et les fluctuations sur les marchés internationaux. Après s’être déprécié jusqu’à mi février, le taux de change s’est légèrement apprécié tant par rapport à l’Euro qu’au dollar. Les taux d’intérêts domestiques ont augmenté suite à l’accroissement de la demande par le secteur public sur le marché obligataire (mais avec de fortes variations). En revanche, la politique monétaire a continué à être prudente avec une réduction de 3% de la masse monétaire.  Le taux d’inflation reste maitrisé à 7,7% sur une base annuelle.

Le climat généralisé d’incertitude ne doit pas surprendre au vue du manque de visibilité sur la sortie de la crise politique à Madagascar. Le Gouvernement peut néanmoins agir sur trois fronts pour chercher à rassurer les opérateurs économiques dans le court terme. Premièrement, il peut mieux jouer son rôle de pourvoyeur et convoyeur d’information économique –non seulement en la collectant mais aussi en la disséminant au public. Deuxièmement, il peut confirmer sa volonté de maintenir une politique budgétaire prudente (ce qui ne signifie pas inactive car il y a de la marge pour améliorer son efficience tant du côté des recettes que des dépenses). Enfin, il peut clarifier les règles du jeu par le respect de la légalité et de ses engagements contractuels ainsi que par une plus grande transparence dans ses décisions économiques qui semblent plus répondre à des intérêts particuliers qu’à la prise en compte du bien être national (barrières à l’ entrée, interventions sur les prix, manipulations du taux de change, avantages fiscaux, etc.) dans des secteurs stratégiques tels que la distribution alimentaires, l’ agro-business, le transport, le pétrole et la communication.

31/03/2010

Siffler l’hymne national n’est pas un délit !

J'ai connu trois révélations en 24h.

1° Maputo, c'est fini. Et dire que c'était la ville de nos premiers amours ! En essayant mon nouveau téléphone portable équipé de TV et radio, je suis tombé, le 29 mars à 00h 30, sur une édition spéciale de RFI concernant la crise malgache. Sur les trois intervenants, dont Ablassé Ouedraogo, deux se sont prononcés pour l'arrêt de la solution des « mouvances ». « Aucun des chefs de mouvances ne pensent à l'intérêt supérieur de la Nation, ils ont trop d'ego », a dit en substance Jean Eric Rakotoarisoa, éminent juriste qui a participé en tant que consultant du Gic au cycle de négociation Maputo - Addis Abeba. « L'Union européenne, la France et les Etats-Unis doivent financer l'élection, en contrepartie de quoi, ils auront le droit d'en surveiller le déroulement, sinon l'organiser », disait pour sa part Francis Soler, rédacteur en chef de « La Lettre de l'Océan Indien ».

2° Siffler l'hymne national n'est pas un sacrilège à Madagascar. C'est ce qui s'est passé, le 29 mars dans la matinée, à Ambohijatovo lors du dépôt de gerbe en l'honneur de ceux qui sont tombés pour Madagascar en luttant contre la colonisation. Je veux bien qu'on ait des idées différentes, mais violenter les membres d'une chorale venus pour animer la cérémonie ou tirer des fers aiguisée avec des frondes n'est pas dignes de vrais démocrates. C'est en foulant au pays les valeurs républicaines depuis 1972 que l'on a fini par ne plus avoir de repères.

29 mars.jpg

Cette photo , à la Une de « L'Expresse » le lendemain, me fait à la fois rire et honte : Satrobory, mercenaire politique qui a déclaré, dans les années 90, en faveur d'une présidence à vie pour Didier Ratsiraka, actuellement devenu pro-Ravalomanana, face à une vieille femme qui aurait l'âge des nationalistes du 29 mars 1947 le narguant avec un V des deux mains, symboles du mouvement pro-Rajoelina !  

3° Outre la FMI et la Banque mondiale, qui ont suspendu leurs aides depuis décembre 2008, parce que Ravalomanana confondait ses poches avec celui de l'Etat, la MCA américain a également suspendu la 2ème tranche de son crédit en 2008 en raison de « différends entre James Mc Gee, l'Ambassadeur américain, et Marc Ravalomanana ». C'est ce que je lis, le soir du 29 mars, sur le site web du Quai d'Orsay. J'en publie un large extrait qui a le mérite de résumer la situation politique de Madagascar de ces douze derniers mois.

Les dérives autoritaires et autocratiques du Président le conduisent à sa chute.
Alors que la gestion des affaires publiques par Marc Ravalomanana est de plus en plus critiquée, la déception de la population est à la mesure des espoirs immenses que son accession au pouvoir avait suscités en 2002. En verrouillant la vie politique malgache, il a contribué à entretenir un terreau favorable à une révolte populaire et créé un climat de méfiance généralisée. La conjonction de méthodes musclées et de décisions maladroites du Président ont contribué à envenimer la situation, cristalliser les oppositions et provoquer sa chute.
Un durcissement progressif du régime est constaté : la constitution révisée (4/4/2007) renforce le pouvoir du Président : possibilité de légiférer par ordonnance, renforcement du contrôle sur le Parlement, nomination par le Président des chefs de région. Le Président Marc Ravalomanana, en proie à des divisions au sein de sa majorité, a pris l'initiative de dissoudre l'Assemblée Nationale au mois de juillet 2007 et d'organiser de nouvelles élections législatives le 23 septembre 2007. La « malgachisation » de l'enseignement public a été annoncée avec un assouplissement envisagé pour l'enseignement privé.
Les dérives économiques de Marc Ravalomanana
L'insécurité juridique était devenue très importante, en particulier du fait de la situation quasi-monopolistique de « Tiko » (société appartenant au Président) dans de nombreux secteurs, de la distorsion de concurrence opérée par le Président malgache, des conflits d'intérêts permanents et de sa propension croissante à la confusion de gestion entre fonds publics et privés. Des scandales financiers ont également entaché la crédibilité du Président, en particulier l'achat d'un second avion présidentiel et le contrat passé avec Daewoo Logistics qui a cèdé à la société sud-coréenne 1,3 M€ d'ha de terres pour produire de l'huile et du mais.
L'opposition au régime, faible à l'origine, s'organise
Elle est loin de disposer des moyens du parti présidentiel pour les campagnes électorales et, jusqu'à l'élection en décembre 2007 du jeune Maire de Tananarive (33 ans), M. Andry RAJOELINA, aucune alternative n'avait véritablement émergé. Depuis cette date, le gouvernement n'a eu de cesse de perturber l'action du Maire.
En décembre 2008, la décision du Président de fermer la chaîne de télévision privée Viva appartenant au Maire a été le facteur déterminant de la rupture. Le Maire a appelé la population à manifester pacifiquement, « place du 13 mai », lieu symbolique de la contestation malgache. Le 24 janvier 2009, un rassemblement populaire, pourtant interdit, a regroupé entre 25 000 et 30 000 personnes. D'abord pacifique, il a basculé dans la violence. Après deux jours de manifestations, d'émeutes et de pillages, le bilan est lourd : plus de 80 morts et de nombreux dégâts matériels.
Après deux mois de crise politique, une partie des forces de sécurité, jusqu'ici d'une neutralité bienveillante à l'égard du pouvoir en place, s'est soudainement mutinée, le 8 mars, contre les autorités légales, précipitant ainsi la chute du régime. Le 17 mars, le Président a transféré l'ensemble de ses pouvoirs à un Directoire militaire qui les a lui même immédiatement cédés à Andry Rajoelina. Le 19 mars, celui-ci a décidé de suspendre le Parlement.
La communauté internationale, dans son ensemble, a fermement déploré le changement de régime à Madagascar qui s'est fait en dehors du cadre constitutionnel, a appelé au retour à la normalité constitutionnelle et insisté sur l'organisation d'élections dans les meilleurs délais (...)
Situation économique

- En paralysant l'activité, la crise de 2002 a provoqué une importante récession (-12% en 2002) (...) Le pays connaît néanmoins une croissance économique quasi-ininterrompue depuis 1995 (sauf 2002), et même une accélération en 2007 et 2008. Les principaux moteurs sont les deux grands projets miniers, les infrastructures, le BTP, les transports et les services.
- Le grand œuvre du Président Ravalomanana a été d'assurer le développement économique de son pays. Il s'est senti, à cet égard, investi d'une véritable mission. Il a traduit dans le Plan d'action pour Madagascar (MAP), qui s'inscrit dans le droit fil des Objectifs du Millénaire pour le Développement (...)

- Bien que ces réformes voulues par le président Ravalomanana pouvaient inciter à l'optimisme, il n'en demeure pas moins que ce « croisé » du développement n'a jamais perdu de vue ses intérêts personnels jusqu'à confondre derniers publics et privés.
- la prolongation de la suspension de l'aide budgétaire emporte un risque réel, et à échéance rapprochée, de déstabilisation (...)

- un assèchement progressif des aides-projets provoquerait un délitement des secteurs fondamentaux pour la population, susceptible d'être exploité à des fins politiciennes, créant ainsi les conditions d'affrontements et de menaces de guerre civile.

(...)
Madagascar a signé en avril 2005 le premier programme d'aide consenti par les Etats-Unis au titre du « Millenium Challenge Account » -M.C.A-(un programme de 110M$ sur 4 ans essentiellement consacré au secteur agricole). Toutefois la seconde tranche a été gelée par les Etats-Unis en 2008 à la suite notamment des différends entre James Mc Gee, l'Ambassadeur américain, et Marc Ravalomanana au sujet de la société américaine Seaboard, laquelle est entrée en conflit avec la société du Président Tiko...


Copie du texte du Quai d'Orsay en date du 10/02/2010

11/12/2009

2009 : une crise de l'élite

Pour commencer, une dernière : connaissez-vous la raison de l'extinction des dinosaures ? On les a retenus dans une réserve au Mozambique !

Il ne reste plus que quelques jours avant que ne 2009 rende son dernier souffle. Inutile de regarder en arrière pour constater que 2009 était pour Madagascar une "année spéciale crise". Comme des enfants, ces messieurs qui se disent nos dirigeants (passé, présent et futur) se sont accusés de tous les maux. "Ce n'est pas moi, c'est lui qui a commencé !", affirme l'un. "Non, c'est lui. Il ne veut pas rendre mon jouet. C'est lui le responsable", retorque l'autre. Ces guéguerres de récré comme dans une classe de Maternelles est illustratif du fait que la crise cyclique que traverse Madagascar depuis 1972 est avant tout une crise de l'élite.

Société civile démissionnaire, média incapable d'assurer correctement son rôle de 4è pouvoir, dirigeants qui se servent dans la caisse de l'Etat depuis 1960 - le plus gros hold-up du siècle, un nombre restreint de familles qui monopolise les deux mamelles de la République (finances et politiques)... Les "avara-pi" (intellos) sont finalement les principaux fossoyeurs de la démocratie à Madagascar. Surtout ne pas dire que la crise de 2009 est la cause de la pauvreté de Madagascara alors qu'elle n'en est qu'une conséquence. La principale raison se trouve dans nos pauvres têtes. Jacques Morisset.jpg

Une intéressante étude,"Pour que la terre tourne... aussi à Madagascar : vers un agenda de relance économique", soumis par Jacques Morrisset, économiste de la Banque mondiale, éclaire encore mieux sur les raisons du retard économique de Madagascar depuis l'indépendance. J'en publie en bas des extraits. La version complète est ici.

Depuis 1980, il n'y a que 7 pays en développement qui ont reporté une croissance de leur revenu par habitant moindre que Madagascar, et encore tous ces pays ont souffert de guerres (civiles et régionales) de longue durée.

Une simple comparaison avec l'Ile Maurice suffit à illustrer que l'écart du revenu par habitant entre ces deux pays est passé de 2,7 en 1980 à plus de 15 en 2008. L'écart se creuse également avec le reste de l'Afrique qui ne se caractérise pas non plus par son succès. Le déclin économique de Madagascar n'est donc pas un phénomène récent ; il s'est simplement précipité avec la crise politique qui a éclaté au début 2009.

Les causes du déclin économique malgaches sont donc à rechercher dans des facteurs et comportements structurels et pas seulement conjoncturels.

Au cours de ces dernières années, Madagascar a entrepris un certain nombre d'efforts sur ces deux canaux de la gouvernance. Cependant, ces efforts ont été incomplets, menant à une tension de plus en plus grande pour aboutir à la crise politique du début 2009, qui doit être interprétée avant tout comme une crise de gouvernance. En effet, les bailleurs de fonds avaient interrompu leur aide budgétaire en décembre 2008 à la lumière de la mauvaise utilisation des fonds publics et du non-respect des procédures budgétaire pour l'achat de l'avion présidentiel de 60 millions de dollars ainsi que des exonérations fiscales accordées aux entreprises du Président Ravolomanana. En fait, à la fin de l'année 2008, il était reporté que 4 malgaches sur 10 n'étaient pas satisfaits de la manière comment fonctionnait la démocratie dans leur pays (Enquête Afrobarometer, 2009)

La crise politique actuelle n'est pas indépendante des nombreux dérapages qui se sont accumulés en matière de gouvernance au cours de ces dernières années à Madagascar.

La prépondérance de l'Exécutif n'est pas un phénomène nouveau à Madagascar, mais il s'est accéléré au cours de ces dernières années à travers une série de mesures dont les plus visibles sont rappelées ci- dessous.

- Le budget de la Présidence s'est multiplié par 10 entre 2003 et 2008, passant de 10 milliards à 133 milliards d'Ariary. Cette hausse illustre non seulement le poids grandissant de la Présidence dans le budget mais aussi dans les prises de décisions économiques. Cet interventionnisme est devenu aussi apparent à travers le nombre de conseillers qui s'est multiplié au sein de la Présidence au détriment des circuits institutionnels de décision.

- Les conflits d'intérêt se sont aggravés au cours du temps, jusqu' à la suspension de l'appui budgétaire en décembre 2008 à cause du manque de transparence quant à l'achat de l'avion présidentiel avec les fonds publics et l'usage abusif d'exonérations fiscales pour les entreprises appartenant au Chef de l'Etat.

- La présence dans le cabinet et à la direction des agences de l'Etat du personnel dirigeant des sociétés privées appartenant au Chef de l'Etat.

- Le contrôle du pouvoir législatif par le parti présidentiel s'est accentué, jusqu'à que ce dernier détienne 82% des sièges de l'Assemblée nationale après les élections législatives de 2007. Cette mainmise faisait suite à la dissolution de l'Assemblée par décret en 2007 et à la modification controversée de la loi électorale qui a réduit l'importance des régions les plus peuplées et traditionnellement favorables à l'opposition dans les listes électorales.

- Le remplacement des provinces par les régions, qui s'inscrivait en principe dans un effort d'accélérer et de rationaliser les processus de décentralisation politique et budgétaire, mais qui a mené à une centralisation politique car les chefs de régions ont été directement choisis par le Chef de l'Etat.

La concentration du pouvoir politique et économique autour de la Présidence s'est trouvée exacerbée par le nombre limité de personnes et de familles qui composent l'élite ou l'aristocratie politique dans un pays comme Madagascar. Les réseaux sont existants, façonnant les relations entre les agences gouvernementales, entre le pouvoir exécutif et législatif, et entre le secteur public et privé. A titre d'exemple, il peut être montré qu'une dizaine de familles détiennent traditionnellement les postes les plus importants au sein de la Banque centrale, les banques commerciales et le Ministère des Finances. Une remarque néanmoins s'impose : la concentration du pouvoir autour du Président Ravolomanana s'est en partie faite au détriment de cette élite traditionnelle, politique et financière, qui s'est ainsi trouvée de plus en plus frustrée, provoquant une partie des réactions qui ont mené à la crise politique.

A terme, les inégalités économiques, surtout lorsque la concentration du pouvoir s'accentue de plus en plus et les systèmes de recours n'existent pas, conduisent aux ruptures brutales qui caractérisent la vie politique à Madagascar. Ces ruptures se manifestent parfois à travers des coups d'Etat, parfois la résistance civile. Dans tous les cas, elle précipite le pays dans une grave crise économique, avec une hausse de la pauvreté et de la vulnérabilité.

Mendiant.jpg

La crise tarde à trouver une issue car l'équipe de Andry Rajoelina est composée de mendiants et autres kleptocrates qui vivent, par le biais de la politique, au crochet des aides étrangères. Voilà pourquoi, au lieu de garder tout seul le ballon et foncer droit au but tout seul comme un grand, le gouvernement de la Transition a vite capitulé face aux exigeances des bailleurs de fonds pour un "retour à la constitutionnalité" (?) Jacques Morrisset explique cette promptitude à flatter la croupe des bailleurs de fonds et éviter ainsi de se faire botter le cul par une raison : les aides extérieures sont des "mannes" dans un désert de moralité ou chacun cherche à s'enrichir sur le dos de nos enfants, ceux qui vont rembourser les emprunts dans 50 ans.

L'aide étrangère est en partie perçue comme une « manne venue du ciel », à savoir que l'argent ne vient pas directement de la poche des contribuables ce qui affaiblit leur devoir de vigilance. Ce comportement est encore plus vrai lorsque l'aide prend la forme de dons. Dans ces conditions, les décideurs politiques ne sont pas seulement faiblement redevables par rapport à leurs constituants mais ils sont encore encouragés à limiter les flux d'information et à affaiblir les organes internes de contrôle. A nouveau, la faiblesse des systèmes d'information et de contrôles est manifeste à Madagascar ce qui donne un certain poids à cet argument.

Il peut aussi être argumenté que les bailleurs de fonds ont manqué à leur devoir de vigilance à Madagascar, notamment en matière de leur appui budgétaire.




04/12/2009

Des sorciers de Madagascar au chevet de la névrose de la France

Qu’est-ce qui unit Sylvie Vartan, MC Solaar, Nicolas Sarkozy et 90% de l’équipe de France de foot ? Ils sont tous issus de l’immigration. Le « Nouveau français » est arrivé, chante Amel Bent qui annonce les couleurs. Aux (l)armes, citoyens ! formez vos bataillons de résistance, se scandalisent les conservateurs qui veulent monopoliser la liberté, l’égalité et la fraternité. Les enfants des colonies, et d’ailleurs, envahissent la mère-patrie comme autrefois les Français, et les autres, lorsqu’ils ont envahis l’empire colonial. C’est la revanche des fils du Sud d’où je viens. Les Arabes n’ont pas été arrêtés à Poitiers. La France est devenu black blanc beur. Jusque dans ses mœurs. Ne dit-on pas que dans chaque Sarkozy sommeille un Africain ? L’inverse est aussi vrai, bien sûr. Le bling-bling et l’affaire Epad l’attestent. La France en arrive à avoir la migraine. Voire une dépression. Au point de s’étaler sur le divan universel, le net, pour se soigner. Un site web gouvernemental lance le débat sur l’identité nationale française. Le comble est que les psychanalystes (les modérateurs) y sont des tradi-praticiens Malgaches. Jusqu’ici, le « tambavy » est plutôt amer. Le « mpamadika palitao » (versatile –une tradition politique malgache NDLR), Eric Besson, déplore ainsi que des toxines ont été détectés dans les premières analyses : propos racistes et xénophobes… La France est mal partie.Identité nationale.JPG

Le Grand Débat sur l'Identité Nationale donne du travail jusqu'à MadagascarOA.jpg

C'est sympa d'avoir pensé aux pauvres gens du tiers monde Monsieur Besson !
Et oui, imaginez qu'il y a eu environ 35 000 commentaires sur le site. Sachant qu'il faut environ 5 minutes pour "modérer" un commentaire, c'est à dire, pour le lire, l'évaluer et prendre la décision de la valider ou non (suivant des critères assez obscurs)...
Le temps de travail pour l'ensemble des messages est donc de: 35 000 x 5 = 175 000 Minutes, soit 15 583 heures. En comptant les temps de pause (+10%): environ 16 500 heures, soit 2 062 jours. Ou encore près de 7 années de travail !!!

De "source sûre", nous avons appris que ce travail est sous-traité à une équipe de 3 personnes à Madagascar payées à raison de 100€ par mois.
D'ailleurs comment faire autrement?
A Madagascar, cela coûtera au total 8 400 € (hors marge et commissions) tandis qu'en France, il faudrait compter environ 20 fois plus, soit 168 000 € (toujours sans commission). En comptant maintenant la marge commerciale et les diverses commissions que l'on peut évaluer raisonnablement à + 200% voire + 300% dans le cas de l'opération Madagascar, le coût total de la modération du Grand Débat sur l'Identité Nationale se monte entre 25 200€ et 33 600€.
Certains salueront la bonne gestion des fonds publics de Monsieur Besson (si ce travail avait été réalisé en France, cela aurait coûté environ 250 000 à 350 000€, soit dix à quinze fois plus!) mais ce serait sans doute sans vouloir voir d'autres réalités : l
es organisateurs de débat se sont vantés publiquement de mettre en oeuvre un "logiciel français" libre, à savoir SPIP. Ce logiciel a été conçu et réalisé par des développeurs bénévoles, français pour la plupart mais dont certains étaient "sans papiers". Jamais ces développeurs n'ont été payés pour leur création. Ils ne l'ont d'ailleurs pas réclamé car ils ont fait cela pour la beauté du geste comme c'est la tradition dans le logiciel libre.
Ainsi à la manière de n'importe quelle entreprise privée astreinte au profit, les organisateurs du Grand Débat sur l'Identité Nationale ont réduit les coûts de production. Ce faisant, ils ont bradé la matière grise locale (celle des développeurs libres qui n'ont pas été rémunérés) et délocalisé les tâches plus manuelles.
Qui a gagné de l'argent et du pouvoir au passage ?
Et bien les intermédiaires et les politiques dont Monsieur Besson qui ont organisé la grande manipulation
d'opinion dont chacun peut contempler les résultats aujourd'hui : insinuations racistes, appel au repli sur soi, etc.

OA

11/11/2009

Il reste encore des murs à faire tomber

Quand on me parle de mur de Berlin, j'ai surtout en souvenirBerlin.JPG les images que j'ai vu, étant enfant, dans le "Mémorial de Notre Temps" de "Paris-Match" dont j'ai redécouvert les tomes empilés sur un... lit de la maison familiale lors du week-end de Toussaint. Parmi ces images figurent celui de ce soldat est-allemand de 19 ans qui franchissait les barbelées de Bernauer-Strasse pour rejoindre sa fiancée restée à l'Ouest. C'était le mardi 15 août 1961.

Le mur n'est plus. Mais le plus honteux des murs est toujours là. Dans la tête des gens. Comme l'apartheid. Ou la crise à Madagascar

(MFI) Quoi que vous ayez fait, vous n'y avez pas échappé ! La commémoration du vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin est une affaire planétaire. Et l'Afrique ferait mieux d'en tirer sa part d'enseignements, plutôt que de se contenter d'admirer le spectacle.

Dès décembre 1989, au Bénin, le général Mathieu Kérékou, à bout de souffle, accepte de mettre fin au parti unique, et donc au marxisme-léninisme qu'il impose alors comme religion d'Etat. La conférence nationale des forces vives, qu'il concède, en février 1990, le dépouille de toutes ses prérogatives. C'est donc au cœur des bouleversements engendrés par la chute du Mur qu'est née la démocratie béninoise, aujourd'hui une des plus crédibles d'Afrique francophone.

Que dire de la fin de l'apartheid ? Certes, le régime ségrégationniste était déjà bien affaibli par les sanctions internationales. Mais il a fallu que surgisse, à Pretoria, un Gorbatchev sud-africain (Frederik De Klerk), pour faire comprendre aux siens que l'horizon était bouché pour tout système politique reposant sur l'oppression des hommes. Dans le sabordage de l'apartheid, le premier acte posé par De Klerk est la libération de Nelson Mandela, en février 1990

Un homme qui n'a cédé sur aucune revendication de son peuple

Voir cet homme sortir libre, après vingt-sept ans, sans avoir cédé sur une seule des revendications de son peuple, galvanise les foules, d'un bout à l'autre du continent. Et c'est dans ce contexte que François Mitterrand tient, le 20 juin 1990, son fameux discours de La Baule, conditionnant le soutien et l'aide de la France à la démocratisation. Les populations africaines se sentent autorisées à défier les dictateurs, et cela fait quelques jolis dégâts.

Les conférences nationales se succèdent alors, avec plus ou moins de bonheur. Mobutu, Bongo, Houphouët-Boigny, Eyadéma, les plus redoutables des dinosaures parviennent à sauver leur peau. Mais au Bénin, en Centrafrique, au Congo Brazzaville, à Madagascar, au Mali et au Niger, les élections se soldent par une alternance. Un record, tout simplement inimaginable, aujourd'hui ! Et vingt ans après, tout cela laisse un amer goût de paradis perdus, avec de douloureuses désillusions.

Ce vingtième anniversaire de la chute du Mur aurait dû être une occasion, pour chaque peuple, d'apprécier ce qu'il a fait de ces vents favorables, qui étaient autant d'opportunités historiques ; de s'interroger sur sa capacité à saisir l'Âme du temps, non pas en singeant les autres, mais en s'inspirant de leurs expériences, pour tirer le meilleur de son génie propre. C'est en cela que le silence de l'Afrique, à ce moment précis, est consternant.

Jean-Baptiste Placca