Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2019

Barea de Madagascar : la revanche de ceux que la Fédération voulait virer !

A Rio de Janeiro, les gosses apprennent à jouer au foot sur la plage. A Madagascar, c'est plutôt dans les rizières. En tout cas, c'est ainsi que Faneva Ima Andriatsima a débuté à 5 ans, à Tsaramasay, un des ghettos d'Antananarivo, la capitale. 30 ans après, le capitaine de la sélection nationale emmène l'équipe à accéder pour la première fois à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN 2019, Egypte) où il atteint les 1/4 de finale. Retour sur la fabuleuse aventure des Barea, les zébus indomptables.

Madagascar, Barea, Faneva Ima, Nicolas Dupuis, Lova Ramisamanana, CAN 2019, Randy Donny

"On dormait à l'aéroport, il y a le Cameroun avec Samuel Eto'o qui est passé devant nous. J'avais honte ce jour-là." C'est ainsi que Lalaina Bolida Nomenjanahary résume sa vie avec les Barea avant l'aventure CAN 2019. Il y a même un époque où le président ivoirien Gbagbo offrait 500 dollars à chaque joueur malgache en voyant leur dénuement après un match. "J’ai connu le temps où on dormait dans un hangar avec des lits superposés. Et on a fait un nul avec le Sénégal ce jour- là (2- 2, 13 novembre 2015)!", se souvient de son côté Faneva Ima. Ce dernier décide alors de prendre les choses en mains, pour ne pas dire les Barea par les cornes, et lance l'opération CAN 2019.

«Faneva c'est le secrétaire de l'équipe. À chaque fois qu'il y a des trucs à faire, des rendez-vous, des machins... C'est lui qui nous a appelé - les binationaux - pour nous motiver à venir en sélection. Il nous a parlé du projet, avec l'aide du coach bien sûr», témoigne Jérôme Mombris.

Le coach, c'est Nicolas Dupuis. Modeste joueur dans les divisions amateurs, son palmarès inclut toutefois un champion de France Universitaire avec le STAPS Clermont, Nicolas Dupuis est entraîneur-joueur de l' AS Yzeure (CFA) lorsqu'il devient sélectionneur des Barea en 2016.

Désormais, il y aura un avant Dupuis, où "il y avait un quota de quatre ou cinq expatriés. Le reste, c'était des joueurs locaux et comme il n'y avait pas de championnat à Madagascar, c'était compliqué. On ne faisait pas jouer les meilleurs joueurs malgaches".

Eric Rabesandratana, pilier de l'équipe de France Espoirs au milieu des années 90 et capitaine du PSG, s'en souvient : après connu une petite sélection avec Madagascar lors d'un match amical contre Toulouse, "le sélectionneur de l'époque avait décidé de ne plus prendre les binationaux. C'est une déception parce que j'ai demandé la double nationalité à deux reprises. Et à chaque fois, ils ont perdu le dossier."

Puis, il y a l'après Dupuis. Faneva Ima raconte : "J’ai d’abord cherché à savoir qui avait des origines malgaches, notamment chez les Réunionnais. Thomas (Fontaine, défenseur de Reims), ça a été le déclic, c’était après Sao Tomé en 2017 (tour préliminaire des qualifications de la CAN 2019). J’ai parlé au coach des joueurs que j’avais contactés. Il fallait tous les ramener si on voulait réussir un truc. Je lui ai dit de faire revenir Lalaina (Nomenjanahary, Paris FC) et Anicet (Andrianantenaina, Ludogorets, Bulgarie) aussi. Marco (Ilaimaharitra, Charleroi, Belgique), lui, a des parents 100% malgaches. Thomas est arrivé en juin 2017, suivi de nombreux autres. Jérémy (Morel) aussi dernièrement".

A ce duo se joint Lova Ramisamanana qui crée alors l'association Alefa Barea. Le début de son aventure avec les Barea date d'octobre 2017 lors des matchs préparatifs contre l'Ouganda. "Je me souviens que certains joueurs ont dû prendre le taxi toute la nuit, car ils avaient un match de championnat le soir, pour arriver à Roissy à 7h, raconte-t-il. Certains ont dû se battre contre leurs présidents de clubs qui ne voulaient pas les libérer. D’autres ont perdu leur place de titulaire au retour car ont préféré partir en sélection au lieu de rester au club. On a passé toute la nuit au téléphone avec le coach Nicolas Dupuis, Andriatsima Faneva Ima et Hermann De Souza pour bâtir une équipe compétitive. Depuis ce jour là, j’ai vu la motivation, la fierté, le dévouement de nos joueurs pour porter le maillot national et défendre nos couleurs. Nous avons tout de suite enchaîné contre les Comores, le match qui a permis de bâtir l’équipe d’aujourd’hui avec les retours d’Ibrahim Amada, Anicet Abel Andrianantenaina et de Lalaina Nomenjanahary ainsi que l’arrivée de nouveaux joueurs dans la sélection : Jérôme Mombris, Marco Ilaimaharitra et Melvin Adrien. 6 des 11 titulaires des Barea d’aujourd’hui ont donc commencé à jouer ensemble face aux Comores. Ce match m’a confirmé que nous avons une équipe vraiment redoutable et qu’il fallait tout faire pour qu’elle se qualifie à la CAN. C’est pourquoi je n’ai pas hésité une seule seconde à m’investir entièrement dans ce pari fou avec tout ce que cela impliquait. A commencer par l’utilisation de mes fonds propres pour assurer le budget : les billets d’avion, l’hébergement, la restauration et même le salaire des baby-sitters afin que certains joueurs puissent venir en sélection. Et j’ai pu compter sur l’aide des partenaires lors des matchs contre le Togo et le Kosovo".

Madagascar, Barea, Faneva Ima, Nicolas Dupuis, Lova Ramisamanana, CAN 2019, Randy Donny

Lova Ramisamanana et Nicolas Dupuis.

Ima Faneva et Nicolas Dupuis ont également mis les mains à la poche. Selon Ima Faneva, "pour les qualifications de cette CAN 2019, on joue au Soudan (9 juin 2017, 3- 1). On n’avait pas de maillots d’entraînement, ce qui n’est pas grave. Mais le jour du match, ils étaient différents! Après notre victoire, j’ai appelé la Fédé: “On ne peut pas jouer avec des maillots ou des shorts différents, des chaussettes trouées !” J’ai eu l’idée de vendre des maillots pour récolter des fonds. J’ai trouvé un magasin en Autriche qui les fait pour 29€ la pièce avec le flocage. J’en ai vendu 1 000 en France à 40€, donc on a récupéré plus de 10 000€. Et grâce à ça et d’autres sponsors ou des cagnottes, j’ai pu acheter survêtements, chaussettes, maillots, K- Way, sacs à dos… J’avais même pensé organiser un concert à Paris ".

La Fédé se méfie un peu de ce joueur qui se mêle de tout au lieu de jouer à la baballe comme les autres. Et grande gueule avec ça. "On voulait avoir le minimum, un petit hôtel correct, une bonne bouffe et un minimum d’équipements", disait-il avant de révéler : " la Fédération était venue avec des accompagnateurs et leur donnait 400€ à chacun. Et à nous? Rien".

C'est ainsi qu'en octobre 2018, certaines personnes à la Fédération ont exprimé le souhait de voir partir Faneva Ima, Nicolas Dupuis et l'association Alefa Barea si l'équipe  perd ou fait un match nul en Guinée équatoriale. Les Barea gagnent (1- 0) et l'aventure pouvait continuer ! Faneva Ima est un habitué de tels ostracismes. "Certaines personnes nous ont menacé de ne pas envoyer notre fils jouer à l’étranger", témoigne sa mère en racontant ses débuts.

Premier qualifié pour la CAN 2019, premier de son groupe devant des géants comme la Nigéria et la Guinée, les Bares ne s'inclineront qu'en  quart. Une épopée qui a valu à l'équipe d'être accueilli en héros à leur retour au pays.

Lova Ramisamanana résume ainsi ce parcours épique des Barea : "malgré les difficultés rencontrées... je suis très fier d’avoir contribué à cette réussite. Mais ma contribution est minime par rapport aux sacrifices des joueurs, qui percevaient une prime de présence de 100€ par rassemblement là où les plus modestes sélections percevaient 200€/jour de présence par de la part de leur Fédération. Malgré tout, ils ne se sont jamais plaint car ils jouent pour l’honneur du pays. Je me souviens même avoir promis 2 seaux de KFC comme prime de victoire contre l’Ouganda, mais rien que ça nous avait rendu heureux".

Quid de l'avenir ? Nicolas Dupuis demeure philosophe : "aujourd'hui l'équipe nationale est l'arbre qui cache la forêt. Si on ne se remet pas au travail (à la Fédération), alors dans deux ans il n'y aura plus d'équipe, dans quatre ans encore moins... Mon rôle est de tirer la sonnette d'alarme et dire aux responsables, attention il y a beaucoup de choses à changer à Madagascar".

Randy D.

Madagascar, Barea, Faneva Ima, Nicolas Dupuis, Lova Ramisamanana, CAN 2019, Randy Donny

La maison natale de Pascal Bapasy Razakanantenaina à Majunga témoigne du conte de fée Barea.

Commentaires

Battons-nous pour que Lova Ramisamana soit accepté comme candidat à la présidence de la fédération.

Écrit par : Sendrison | 16/07/2019

Répondre à ce commentaire

Lova Ramisamanana mérite de continuer ce qu’il a déjà entrepris. Il est difficile de croire qu’il ne pourra pas être candidat à la présidence de l fédération.

Écrit par : Ravololondramiarana | 17/07/2019

Répondre à ce commentaire

Lova Ramisamanana mérite de continuer ce qu’il a déjà entrepris. Il est difficile de croire qu’il ne pourra pas être candidat à la présidence de l fédération.

Écrit par : Ravololondramiarana | 17/07/2019

Répondre à ce commentaire

Battons-nous pour que quelqu'un comme Lova Ramisamanana puisse se presenter a la Presifence de la Federation Malagasy de Football.

Écrit par : Ramanantsoa | 18/07/2019

Répondre à ce commentaire

Battons-nous pour que quelqu'un comme Lova Ramisamanana puisse se presenter a la Presifence de la Federation Malagasy de Football.

Écrit par : Ramanantsoa | 18/07/2019

Répondre à ce commentaire

Battons-nous pour que quelqu'un comme Lova Ramisamanana puisse se presenter a la Presifence de la Federation Malagasy de Football.

Écrit par : Ramanantsoa | 18/07/2019

Répondre à ce commentaire

Il faut nettoyer la FMF, mettre Loa R. Et en faire une cause Nationale, etant proivée que le Barea inspire la motivation sociale Malagasy

Écrit par : Razafy | 18/07/2019

Répondre à ce commentaire

Il faut nettoyer la FMF et cpnfier la.présidence à Lova RASAMIMANANA.Et faire BAREA une cause Nationale, etant prouvée que le Barea inspire la motivation sociale Malagasy

Écrit par : Razafy | 18/07/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire