Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2015

La Culture : combien de divisions ? *

Le clash entre les artistes et la ministre de la Culture à propos de la direction de l'Omda amène à s'interroger sur la place de la Culture à Madagascar.



Quand Lego parodie Lego : "Birizity", adressé à Brigitte Rasamoelina, filmé par Vavah.

Le ministère de la Culture était toujours le parent pauvre du gouvernement. La raison est que les régimes qui se sont succédé ignoraient le poids économique de la Culture. La Culture rapporte au pays. Et pas seulement de l'argent mais aussi des emplois. Par exemple, parmi les deux raisons majeures font venir les touristes à Madagascar figurent la Culture
Il importe donc d'évaluer un "PIB culturel", calculer les valeurs ajoutées du spectacle vivant, du patrimoine, des arts visuels, de la presse, du livre, de l'audiovisuel, de la publicité, de l'architecture, du cinéma, des industries de l'image et du son ainsi que l'accès au savoir et à la culture, c'est à dire les bibliothèques et les archives...
Il faut savoir que les activités culturelles ont un effet d'entraînement sur le reste de l'économie grâce aux activités induites comme les matériaux utilisés, les loyers, l'électricité...
En France, la Culture contribue 7 fois plus au PIB français que l'industrie automobile avec 57,8 milliards d'euros de valeur ajoutée par an. A leur époque, les Beatles était considéré comme un des meilleurs produits d'exportation de la Grande-Bretagne. Ils ont été décoré pour cela !


(*) Vient de la fameuse formule « Le Pape, combien de divisions ? » par Staline répondant à Pierre Laval qui lui demandait de respecter les libertés religieuses dans l’Europe centrale que l’Armée rouge occupait (1935).

29/11/2008

19 millions de Malgaches... et moi émoi

Cauet.jpgRevue de presse, plus précisément de la télé. Je suis abonné à CanalSatellite depuis au moins six ans et je n’ai pas encore eu le temps d’en profiter pleinement, faute de temps. Tiens, je me prends pour un workaholic maintenant. Non, c’est pas vraiment ça, c’est plus compliqué. Bref, j’ai passé la journée à regarder la télé. La nuit aussi. Et surprise, samedi 29 novembre 2008, voilà mon animateur vedette, Sébastien Cauet de La Méthode éponyme sur TF1 qui annonce la sortie de « Madagascar 2 » avec Michaël Youn dans la voix du king Julian dans la version française.
Passé les énervements sur quelques grossières erreurs d’appréciations sur Madagascar not the movie, j’ai appris que les Malgaches sont exactement 19.448.000 ! Je ne sais pas d’où l’émission tient ses sources, mais la précision m’a épaté quand on sait que même les autorités malgaches peinent à avancer une quelconque statistique sur le nombre de leurs contribuables.
Ceci dit, dans cette deuxième épisode de l’histoire, les sympathiques touristes américains échappés du zoo de New York décident de rentrer à la maison. Madagascar 2.jpgLe légendaire go home scandé un peu partout à travers le monde. Le roi des lémuriens leur prête alors son Air force one (bientôt two !, charmant hasard…) L’aventure tourne court car l’avion se crash en Afrique. Ses passagers retrouvent alors, enfin, leur terre d’origine. Car il faut savoir qu’à Madagascar, il n’y a ni lion, ni girafe, ni hippopotame et que le seul zèbre que nous ayons partage son zoo avec des dromadaires, un cadeau de Khadafi ( !) en vue de sa future traversée du désert.
Si certains passages du texte vous paraissent mystérieux, c’est pas grave. C’est Madagascar !

Cecile de Menibus.jpg
Cécile de Menibus, celle qui joue la (fausse) blonde à côté de Cauet, est en train de devenir une star elle aussi


23/05/2008

Bienvenue dans mon home cinema


Barbra Streisand aimait dire : « je suis née à Calcutta et grandis à Madagascar ». Et moi, je me disais : « né à Bombay et grandis à 1222222309.jpgHollywood ». Depuis mon enfance, je me suis baigné dans la légende des stars du grand écran. Mon salon est décoré d’un poster géant de James Dean à New York, marchant sur une Vème avenue pluvieuse, que j'ai acheté à Copenhague, et d’un autre de Marilyn Monroe, la scène mythique où sa jupe se soulève, acheté à la Défense (Paris).

J’étais toujours fasciné par le 7ème art. Heureusement que je vis dans un pays où l’on peut avoir les derniers blockbusters quelques semaines seulement après leurs sorties américaines. Madagascar a vu, avant la France, « Titanic », en version originale SVP et… à la télé. Cela peut paraître surprenant, mais c’est ainsi. Les chaînes de télé malgaches n’hésitent pas à s’approvisionner sur le grand marché du piratage asiatique. C’est scandaleux, je le reconnais et l’a dénoncé à plusieurs reprises, mais d’un autre côté, cela permet au public malgache de voir les dernières nouveautés en même temps que le reste du monde, sans devoir attendre que celles-ci soient amorties pour avoir, enfin, la permission d’être diffusé dans les pays dits « en développement » qui n’ont pas suffisamment d’argent pour payer les droits à la sortie des films. C’est ainsi que la première fois que j’ai vu « Il Faut Sauver Le Soldat Ryan », c’était également avant sa sortie française et à la télé, en version originale sous-titrée en suédois. Un screener certainement, comme c’est toujours le cas. Enfin, ultime édification, « La Passion Du Christ », qu’un loueur de vidéo s’est procuré en format DVX, a été diffusé en salle à Tananarive, parallèlement à sa sortie italienne. Aucun débat théologique n’a eu lieu, des religieux étaient même venus aux projections. J’en ai fait le Une de mon journal de l’époque, « Les Nouvelles », lequel a alors enregistré un petit record de vente.

Ces derniers temps, les choses ont évolué. On peut maintenant se procurer les derniers succès du box-office sur le marché, généralement en VCD, sans attendre que les chaînes de télé les diffusent. En 2007, j’étais étonné de voir les murs du métro parisien couvert par les affiches de « Spiderman III » que je venais d’acheter à Analakely, juste avant de prendre l’avion, en juin. Ces derniers temps, je me suis acheté un certain nombre de nouveaux films que je regarde chez moi, à Tana, lorsque je rentre d’Antsirabe, où je passe le plus clair de mon temps désormais.

Dans mon home cinema donc, j’ai déjà « Bienvenue Chez Les Ch’tis », bien avant sa sortie en DVD, annoncée seulement en octobre. J’ai trouvé l’idée intéressante, mais finalement, je m’en suis vite lassé. Au risque de scandaliser les 19 millions de personnes qui ont fait triomphe au film, je trouve que le cinéma français en a produit mieux. D’ailleurs, je trouve que le cinéma français évolue en dents de scie. Moi, par exemple, je reste fidèle à « Astérix Contre César », par rapport à « Astérix Et Cléopâtre », encore moins le dernier, « Astérix aux Jeux Olympiques » que je viens d’acheter hier et qui nous a laissé, à tous, sur notre faim tant son humour s'avère à certains moments lourd de chez ilourd.

Dans mon box-office également, « Rambô IV », égal à lui-même, et « Légende » avec Will Smith. Je l’ai particulièrement adoré celui-là. Et Will Smith et le film. Will Smith d’abord, dont j’ai suivi l’évolution depuis « Le Prince De Bel Air ». Un jour, il m’a particulièrement épaté lorsque, invité par Laurent Ruquier dans « On A Tout Essayé », il est passé du rire aux larmes en quelques secondes, histoire de faire une démonstration de ses talents d’acteurs. Le film, « La Légende », quant à lui, m’a bluffé au début avec un New York vidé de ses habitants par une maladie foudroyante et où vit un seul et unique rescapé, Will Smith, lequel passe son temps à chasser des cerfs dans les rues de Manhattan, en concurrence avec des lions. La sensation rappelle un peu « La Planète Des Singes I » lorsque, à la fin, on voit les ruines de la statue de la liberté surgir d’une plage. Dommage que la fin de « La Légende » soit un peut bâclé, à mon goût.

Tout à l’heure, je me suis passé quelques vieux achats que je n’ai pas encore eu le temps de visionner : « Shooter » avec Mark Wahlberg, truffé de clichés, mais intéressant pour faire une incursion dans les couloirs de la politique politiciennes, et « Ghost Rider » avec Nicolas Cage, un film éculé que j’ai quand même regardé jusqu’à la fin, rien que pour voir la sublimissime Eva Mendes. Dans mon panier, j’ai encore d’autres produits que je me passerai quand j’aurais le temps.

Vous avez dû remarquer, depuis quelques lignes, que je suis un grand fan de cinéma américain. Oui, et je ne m’en cache pas. Pour moi, le cinéma est fait pour faire rêver. Et les Américains n’ont pas leurs pareils de ce point de vue. En 2001, j’étais à Cannes, pour le festival. J’avais une accréditation qui me permettait de bénéficier d’un box, d’avoir accès au centre de presse et tout, mais je n’ai pas assisté à beaucoup de projections, tellement les films d’auteurs m’ennuient. J’ai gardé juste le souvenir de la montée des marches, couronnée dans la soirée par la rencontre avec Sami Nacéri (ah, « Taxi »…) et Richard Bohringer.

Ceci dit, j’adore aussi certaines productions européennes. J’aime beaucoup, par exemple, Alain Delon et Belmondo qui a dit dans un de ses films que « la plus belle fille du monde est une Malgache métisse indienne ». J’aime aussi quelques films asiatiques. Malheureusement, on n’en voit ici que du kung-fu. Jackie Chan est un dieu vivant de ce côté-ci de la planète et ses fans ne se consolent pas encore de l’annulation de sa visite à Madagascar.

Pour conclure, j’estime que le cinéma permet d’exprimer ce que je ne peux expliquer dans mes écrits. 644714763.jpgJ’en ai rêvé depuis longtemps. Je l’ai finalement réalisé en tournant un court-métrage, en 2006, « Bus non stop ». Sélectionné à la finale du 1er concours de court-métrage de Tananarive, organisé par le Centre culturel Albert Camus, mon premier film fut projeté au festival du film insulaire de l'île de Groix, en Bretagne. Par la suite, j’ai suivi un stage animé par Pierrre Bongiovani, un des maîtres de l'art expérimental, à l’issue duquel j’ai tourné un autre court-métrage, basé sur un scénario que j'ai trouvé entre deux Coca-Cola à l'espace Rarihasina, en compagnie d’autres stagiaires. Je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin. Mais je ne veux pas non plus faire comme les vidéastes malgaches : tourner à la va vite, avec des moyens dérisoires, des produits commerciaux sans grande valeur artistique. J’attends d’avoir le temps, et les moyens nécessaires, pour tourner mon premier long-métrage dont le scénario est écrit depuis des années dans ma tête. A suivre.

 

1694655928.jpg

A Cannes, pendant le festival, en 2001. Un jour, en revenant d'Ambatondrazaka, j'étais tellement soulagé en arrivant à Moramanga, à minuit après plusieurs heures de mauvaises routes, que je me suis mis à écrire un article intitulé : "C'est beau une ville la nuit", un titre emprunté à un best-seller de Richard Bohringer, l'acteur-poète.

 

30/05/2007

James Cameron dévoile le tombeau de Jésus !

Hier soir, mardi 29 mai, entre deux Kronenbourg, on a regardé sur TF1 un documentaire produit par369703bb316d508320ae3c5f239ae5e4.jpg James Cameron ("Titanic") concernant la découverte de plusieurs ossuaires dont un renfermant les soi-disant "restes" de Jésus. C'était très intéressant. Je m'abstient de dire ce que j'en pense. Sinon, dès que le film est programmé de nouveau à la télé, où que vous soyez, ne le ratez pas, ça vaut la peine. Pour ne pas mourir bête. Le commentaire ci-dessous est de allocine.fr
Le documentaire "Le Tombeau perdu de Jésus", produit par James Cameron crée la polémique : celui-ci met en avant la thèse selon laquelle Jésus serait enterré en Israël aux côtés de Marie-Madeleine et de leur fils. Et remet donc en question sa résurrection.
Un an après le "Da Vinci Code", un nouveau film crée la polémique sur une supposée existence physique de Jésus. Le controversé documentaire "Le Tombeau perdu de Jésus", réalisé par l'Israélien Simcha Jacobovici et produit par James Cameron, affirme que Jésus est enterré en Israël aux côtés de Marie-Madeleine avec qui il aurait eu un fils. Selon ce documentaire, le tombeau, découvert dès 1980, se trouve à Talpiot, un quartier de Jérusalem, et des analyses permettent aujourd'hui d'affirmer qu'il aurait renfermé le corps de Jésus mais aussi de sa compagne et de leur fils, prénommé Judas. Si cette thèse s'avérait fondée, serait remise en cause la croyance chrétienne en la résurrection ainsi que l'ascension au ciel de Jésus.
Des "preuves tangibles et inédites" selon Cameron
James Cameron, producteur du "Tombeau perdu de Jésus"", se défend de vouloir créer la polémique. "En tant que documentariste, je ne dois pas avoir peur de chercher la vérité", a-t-il ainsi déclaré ce lundi 26 février lors d'une conférence de presse à New York. "Je sais qu'on va dire que l'on tente de saper le christianisme. C'est loin d'être le cas. Cette enquête salue l'existence réelle de ces personnes", poursuit Cameron, qui évoque la présence de "preuves tangibles et inédites" de l'existence physique de Jésus. Le documentaire s'appuie notamment sur la présence de plusieurs noms hébreux inscrits sur les cercueils du tombeau. Plusieurs des dix ossuaires découverts dans le tombeau portaient des inscriptions dont la traduction donnait "Jésus", "Marie-Madeleine" et "Judas, fils de Jésus". Les os ont été réinhumés selon la tradition juive orthodoxe, et les ossuaires, avec leurs résidus humains et leurs inscriptions, soumis à des examens d'ADN en cours.
Une thèse contestée
Les thèses soulevées par "Le Tombeau perdu de Jésus" n'ont pas tardé à être contestées. L'archéologue israélien Amos Kloner ne voit pas "pas de preuve scientifique" dans le documentaire. Quant au pasteur Rob Schenck, président du Conseil national du Clergé, il ne cache pas sa colère, dénonçant "une fiction hollywoodienne déguisée en fait scientifique. Depuis des années, Hollywood attaque le christianisme. En affirmant que les restes de Jésus sont redevenus poussière, avec ceux de membres de sa famille, le cinéaste hollywoodien nie la divinité du fils de Dieu et sa victoire sur la mort. James Cameron veut clairement planter un pieu dans le coeur du christianisme". Si "Le Tombeau" (2001, avec Antonio Banderas) et le "Da Vinci Code" (2006) abordaient le sujet sous le couvert d'une fiction, "Le Tombeau perdu de Jésus" se veut aujourd'hui détenteur d'une vérité qui pourrait faire beaucoup de bruit.

Clément Cuyer avec AFP

19:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Religion, Jésus |  Facebook