Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2009

Alerte à Tamatave !

« C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme ». La mer a pris Frédéric un mercredi, le 30 avril 2009. 21 ans, FFrédéric.jpgrédéric Tsiatosika Rakotondrajao est étudiant en 1ère Année en Communication  et Journalisme à l'Ecole supérieur spécialisée du Vakinankaratra (Essva). C'était à Tamatave, sur la plage dit Miou-Miou, alors qu'il se baignait avec ses camarades de classe en voyage d'études. Je ne m'étalerai pas sur les circonstances du drame. Comme disait mon supérieur, « inutile de philosopher, c'était un accident, c'est tout ! ». En fait, c'était certes un accident, mais ce n'est pas tout.

Le courant marin est traître. Frédéric l'a appris à ses dépens. Néanmoins, il serait injuste de ne pas crier au scandale face à l'inexistence de moyens d'intervention d'urgence dans une ville balnéaire comme Tamatave. Pendant une trentaine de minutes, le jeune garçon s'est battu avec Poséidon. Ses amis se répartissaient alors pour chercher du secours. Mais en vain. Les riverains, même les nageurs aguerris, sont trop attachés aux superstitions liées aux esprits de la mer pour jouer les héros. Un canot à moteur en bois a été repéré une quinzaine de minutes après le drame, mais il fallait encore chercher le pilote et négocier le carburant qui le fera voguer sur les vagues. Une heure de perdue !

Le pire est que même chez ceux qui sont investis officiellement pour secourir les gens, c'est le parcours du combattant. Les Pompiers annoncent qu'ils ne disposent pas de canot, ni même d'un quelconque bouée. Ils conseillent alors d'aller voir chez les Gendarmes en ville qui renvoient la balle chez les Gendarmes du port. Là aussi, c'est le même refrain. Avant qu'ils ne fassent appel au Capitainerie du port pour prêter une vedette. Les tracasseries administratives feront que la vedette ne partira du quai qu'1h 30 après le drame ! La vedette en question est un vieux rafiot tout rouillé qui ne dispose même pas d'un moteur assez puissant pour des recherches poussées. Après une heure d'efforts laborieux, elle rentre au port sans rien trouver.

C'est incroyable qu'une ville située en bord de mer comme Tamatave ne dispose d'aucun moyen de secours d'urgence pour faire face à un drame en mer. C'est rien moins qu'une non assistance à personne en danger. L'Etat peut bien réhabiliter les rues et parsemer les trottoirs de fleurs, j'estime qu'il y a maintenant une autre priorité : mettre en place un système de secours avec des maîtres-nageurs dotés de bouées de sauvetage et d'un canot à moteur. Un seul par plage suffit. Et il n'y en a pas beaucoup à Tamatave finalement : la plage située en face du port, Canada et Darafify. Ce n'est pas la mer à boire. C'est facile à sécuriser pour peu que l'on veut bien y mettre de la volonté. Politique. Le lieu du drame se trouve en face du domicile de Roland Ratsiraka.

Dans ce genre de situation, une minute de retard, c'est une minute de trop. Pendant que les sauveteurs se préparent, les amis de Frédéric le regardent partir rejoindre l'horizon, impuissants. Le choc ! Je suis le premier à en prendre les ondes de plein fouet.

Frédéric était quelque part mon filleul. En tout cas, il faisait partie des pupilles de l'Essva. Il venait de décrocher le bac l'année dernière avec son ami Parfait. Leurs anciens profs de lycée me signalent qu'ils ont du mal à continuer leurs études pour des raisons financières. Je ne les connaissais ni d'Eve ni d'Adam, je ne les ai même jamais vu auparavant, mais j'ai décidé de les prendre sous mes ailes en les faisant venir à Antsirabe. Je ne me suis alors battu devant la commission des bourses de l'Essva pour qu'ils soient inscrits parmi les bénéficiaires. Ils ne paieront aucun écolage. Je ne suis pas déçu. Ils ont un bon niveau, sociables et participent bien aux cours. Frédéric était curieux de tout et ne se lassait pas de poser des questions partout où il se trouvait et sur n'importe quel sujet. Il était une fierté pour l'Essva. Ils font partie d'un petit groupe que j'aide pour qu'ils réussissent dans la vie par les études. Les dieux de la mer en ont décidé autrement pour Frédéric.

C'est la vie. C'est la mort. C'est la mer. C'était la première fois que Parfait voit la mer. Celle-ci sonnera la fin du parcours pour Frédéric qui est mort là où je suis né. A Tamatave. Il est maintenant au ciel, parmi les étoiles, où il guide ses anciens camarades de classe.


08/01/2008

Le guide du routak

Les guides du routard sont mes vade mecum quand je voyage. Ils m'ont permis de trouver un hôtel à 22h à Stuttgart et de dégoter un lit dans le seul et unique auberge qui n'affichait pas complet à Amsterdam (parce que chrétien et non-fumeur) après avoir épuisé plusieurs cartes téléphoniques et patienter pendant une heure dans le froid. Je ne fais jamais des réservations au préalable, je pars toujours à l'aventure.4297f2aae02e780c45c6fb16a6981869.jpg

"Le guide du routard 2008/2009" vient récemment de sortir pour Madagascar. Je ne l'ai pas lu. Par contre, j'ai lu la version 2007/2008. A part les inévitables erreurs et insuffisances, je l'apprécie particulièrement pour la lucidité de ses commentaires. "Il y a véritablement urgence pour une population qui connaît depuis cinq décennies une dégradation dramatique de ses conditions de vie. Les élections présidentielles anticipées de décembre 2006 n'invitent pas vraiment à y croire...", peut-on y lire en page 53. Les textes datent de d'il y a un an, mais son contenu demeure toujours d'actualités. "Le guide du routard", guide du rotaka (*) ?

(...) Depuis l'accession au pouvoir du nouveau président et la libéralisation des échanges, le pays a connu une forte dépréciation de sa monnaie en 2004, qui a provoqué une inflation impressionnante. Tandis que Jacques Chirac, à l'occasion de plusieurs voyages pour resserrer les liens entre les deux pays, effaçait une dette de 70 millions d'euros, Madagascar faisait partie des"heureux élus" dont la dette internationale était purement etsimplement annulée en 2005. Cependant, l'avenir demeure morose : les matières premières essentielles comme l'essence ou le riz (avec 15kg par mois, les Malgaches en sont les plus gros consommateurs mondiaux par habitant) subissent une forte inflation, de longues grèves (enseignants, magistrats) apparaissent ici et là, et les manoeuvres continuent en coulisse au point que d'anciens partisans expriment des doutes... ou de nouvelles ambitions.

Une partie de l'opinion reproche à la politique libérale du président de servir essentiellement ses intérêts d'entrepreuneur averti. Doué pour la communication, Ravalomanana s'arrange aussi pour être reçu par George W. Bush et même par Steven Spielberg, auquel, paraît-il, il aurait demandé des droits d'auteur à l'occasion de la sortie du dessin animé intitulé Madagascar ! Sur le plan intérieur, certains s'alarment de sa volonté grandissante d'affirmer le pouvoir de l'Eglise réformée protestante, le FJKM, dont il est un des chefs. En attendant, Ravalomanana a avancé la date des élections présidentielles à décembre 2006. Pour cacher un bilan en demi-teinte ?  

"Le guide du routard Madagascar 2007/2008", Hachette, Paris 2007, pp. 76-77.

(*) grève.

23/04/2007

Malalatiana, conceptrice d’un blog libertin en malgache, explique sa motivation

"Gasy tia vetaveta", vous connaissez ? Et pourtant, c'est le blog malgache le plus visité du moment. Ouvert en mars 2007 par une certaine Malalatiana Rakotobe, 26 ans, mariée et mère de deux enfants, il enregistre déjà plus de 45.000 vre m'abstenir de commentaires. Si cela vous tente, faites un tour au http://gasy-tia-vetaveta.blogg.org ou lisez cette interview exclusive de la hard blogueuse. Et ce n'est pas une blague.
medium_Malalatiana.jpg
* Les Nouvelles : Pourquoi un blog libertin destiné aux Malgaches?  

- Malalatiana R. Au départ, nous avons lu et participé à des forums sur la sexualité malgache. A partir de ce constat, nous avons remarqué que bon nombre de Malgaches ont vraiment envie de voir, ou même d'avoir, un site malgache consacré à la sexualité -avec photos et/ou vidéos. Après avoir recherché sur le net l'existence d'un tel site, nous n’en avons répertorié que  2 ou 3.  C'est de là qu'est partie l'idée de la création du blog. Pourquoi la sexualité ? Simplement, on aime cela comme bon nombre de Malgaches.

* En tant que Malgache, qu'avez-vous à répondre sur les questions de moralité et de valeur culturelle?

- Tout le monde a son point de vue sur la moralité et la valeur culturelle. Le fait est qu'il y a des Malgaches qui désirent exprimer leur sexualité autrement. Par exemple, le voyeurisme et l'exhibitionnisme ont toujours fait partie du quotidien de beaucoup de Malgaches (écoutez « Baomijijy » de Lolo sy ny Tariny). Nous avons seulement créé un support pour regrouper les photos afin que les amateurs et amatrices puissent laisser libre cours à leur passion.

* Si ce n'est pas  un blog destiné à la promotion du tourisme sexuel, comment avez-vous sélectionné les photos?

- Nous n'avons nullement l'intention de promouvoir ce genre de tourisme. La preuve : nous avons rédigé nos textes à 95% en malgache, -le blog est principalement destiné aux Malgaches. En outre, le tourisme sexuel à Madagascar a existé bien avant la création de ce blog. Et que dire alors des vidéoclips de certains artistes qui frôlent l'exhibition et la provocation. En ce qui concerne les photos, ce sont des contributions de nos lecteurs, de nos amis (es), et de nous-mêmes. La sélection porte uniquement sur l'âge de l'intéressé(e) et de son consentement avec une lettre dûment signée.

*Qui vous dit que les personnes qui proposent les photos sur le blog ne sont pas des prostituées?   

- Ecoutez ! Nous ne sommes ni agence de rencontre, ni agence matrimoniale, ni agence d’escorte. Les adresses des personnes posant sur les photos restent confidentielles et ne sont pas divulguées. Le but principal est de permettre aux Malgaches "majeurs et intéressés" de contempler la beauté de leurs compatriotes sans avoir recours au voyeurisme traditionnel.

* Et si on vous accuse de proxénétisme …?

-Comment ça de proxénétisme ? Vous savez, nous ne recevons pas d'argent de ce site. Au contraire, nous dépensons une somme énorme pour sa mise à jour (connexion internet, téléphone, ...) et y passons aussi beaucoup de temps. Nous pouvons stopper ce site tout de suite si nous le voulons, mais nous ne souhaitons pas laisser tomber nos fidèles visiteurs qui se comptent par milliers tous les jours.

* Vous exposez vos photos personnelles sur le site, qu’est-ce que vous diriez, si on filmait vos ébats sexuels et, plus tard, le film serait distribué sur le marché local ?

- Nous avons déjà pensé à ajouter des séquences vidéo à notre site. Néanmoins après mûres réflexions, nous hésitons encore. La raison est simple. Les CD pirates vont se régaler et feront profit sur notre dos et celui de nos visiteurs qui ont contribué.  En plus, une majorité des connexions internet locales sont à bas débit et ne sont pas intéressantes pour la lecture vidéo.

* Si on vous propose un film pornographique, est- ce que vous accepteriez d'y jouer, si ce n'est pas déjà le cas? -Je ne suis pas une actrice de porno, est- ce que vous accepteriez d'y jouer, si ce n'est pas déjà le cas ?

- Je ne suis pas une actrice de porno, mais cela ne nous empêche pas (mon mari et moi) de filmer nos ébats sexuels. Mais de là à tourner un film pornographique, loin de moi l'idée. 

Propos recueillis par

Vavah Rakotoarivonjy

Publié dans "Les Nouvelles" du jeudi du 19 avril 2007, p. 12   http://www.les-nouvelles.com 

podcast