Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

Mon plan de sortie de crise

 

La sortie des dates de dépôt des candidatures pour les présidentielles ont fait rejaillir cette vieille chronique. Elle date d’il y a deux ans mais garde toute sa fraicheur, notamment après un bref lifting. Il s’agit d’une proposition stratégique pour la relance économique de Madagascar. Que mille fleurs s’épanouissent, que mille idées fleurissent, comme dirait l’autre. 

 

Madagascar est en pleine crise politique et traverse une grave catastrophe économique avec la fermeture des robinets des aides financières « officielles » sur le plan internationale. Ceux qui s’échauffent pour la course aux présidentielles sont-ils conscients des douze travaux d’Hercule qui les attend au tournant vers la IVème république ? Car lorsque tout ceci sera terminé, et toute bonne chose a toujours une fin n’en déplaise aux uns et aux autres à qui ça profite, il faut bien penser au redressement. Sur ce point, il n’y a pas trente six solutions. Il n’y en a qu’une : l’intervention de l’Etat à travers des dépenses pour financer des grands travaux. Immobiliers ou routiers, qu’importe, l’essentiel est de créer des emplois qui vont générer des salaires permettant de doper la consommation qui, à son tour, entraînera une reprise dans l’industrie et le commerce. Ce qui engendra d’autres créations d’emplois. Un cercle vertueux difficilement réalisable avec la seule initiative du secteur privé, trop faible et trop gourmand à la fois.

Tout libéral qu’ils sont, les pays dit « capitalistes » n’ont qu’une solution en cas de crise : l’intervention de l’Etat. Le 9 août 2007, afin d’endiguer la crise financière, la Banque centrale européenne (BCE) est intervenue en mettant à la disposition des établissements bancaires 94,8 milliards d'euros, suivie peu de temps après par la Banque fédérale américaine (FED) qui injectait à son tour 24 milliards de dollars pour apaiser les esprits des investisseurs. Le lendemain, la BCE et la FED ont de nouveau réinjecté des liquidités : 61 milliards d'euros de la part de la BCE et 35 milliards de dollars du côté de la FED. Comme les Bourses et le marché des matières premières continuent de plonger, le 13 août 2007, les banques centrales ont recommencé la même opération, et le marché monétaire et les places boursières ont relevé la tête un peu partout dans le monde en fin de semaine. Au Japon, afin de faire face à la plus grande catastrophe que le Japon ait connu depuis la IIème guerre mondiale, le gouvernement a mis 440 millions d’euros à la disposition des banques. Inutile de remonter plus loin. Le plan Marshall et les autres, on nous en a suffisamment bassiné en classe.

Tout ceci pour dire que Madagascar est comme une voiture en panne de démarreur. Il a beau avoir fait le plein de carburants, lorsque la pompe des financements s’ouvrira de nouveau, il lui faut un bon contre-attaque pour que le moteur remarche.

in "L'Observateur" du mercredi 13 mars 2013

Madagascar, crise, actualité, économie

30/10/2008

Les Pieds Nickelés du Net

Marre de ces arnaques là. Depuis près de dix ans maintenant, ma boîte mails est envahie régulièrement de lettres désespérées de banquiers Arnaque sur internet.jpgdépositaires de trésors fabuleux laissés par quelques milliardaires partis sans laisser d’adresses, de suppliques de malheureuses princesses victimes qui ne peuvent toucher leur héritage que par mon intermédiaire, de miraculeux tirages au sort qui feraient de moi l’heureux possesseur d’un green card sans que je n’ai rempli le moindre formulaire, ou qui ferait encore de moi le gagnant d’un super gros lot qui réalise du coup mon vieux rêve de devenir milliardaire… Vous avez déjà sûrement reçus aussi les mêmes conneries. Inutile de dire que ce sont toutes des arnaques. Pire que les lettres de vœux ou de poèmes philosophiques que l’on doit envoyer à 4, 7 ou 29 personnes d’urgence, sinon on serait frappé par un malheur !

Avant que le net ne se soit démocratisé, ils envoyaient ça par fax. C’était à la fin de années 90. J’en ai déjà reçu d’un énergumène qui prétend posséder le trésor de Samora Machel où un de ces pères de l’indépendance en Afrique et qui, parvenus au pouvoir, ont récupéré dans la caisse de l’Etat l’argent qu’ils ont investis dans les maquis. Il y avait même un qui poussait le culot jusqu’à me téléphoner (!!) depuis l’Afrique du Sud pour me proposer de venir là-bas conclure un gros contrat avec beaucoup d’argent à la clé. Avec beaucoup d’insistances, SVP. Trois ou quatre coups de téléphones. Dans un journal, j’ai lu qu’un Malgache s’est fait avoir. Il a dépensé près de 10.000 euros, de l’époque, pour venir en Afrique du Sud. Il n’a vu la couleur d’un seul billet de banque.

Un jour, j’ai répondu en conseillant à ces apprentis arnaqueurs de bien fignoler leur coup. Une adresse mail qui viennent de pays inhabituels (Nouvelle-Zélande, la République Tchèque ou encore le Brunei…) alors que les intéressés sont Africains, ça fait pas sérieux. Il en est de même des fautes de français qui font tache sur un document soi-disant officiel. Enfin, le fait de faire payer les gens pour qu’ils reçoivent leurs pactoles, c’est le comble de la maladresse. Malheureusement, il y en a qui continuent à se faire avoir. Alors pour eAtta Dubois.jpgux, et les autres, sachez que le cabinet Atta Dubois, soi-disant basé au Bénin est un leurre et que ni Bill Gates ni Coca-Cola n’organise un tombola international. D'autre part, j'espère que l’avocat européen, dont la photo ci-contre est utilisée par les escrocs, portera plainte. Je crois avoir découvert celui qui serait apparemment à l'origine de cette arnaque, le soi-disant agent comptable du Cabinet Dubois, Ruthus Omores, celui qui va donc encaisser l'argent envoyé par les pigeons. Sauf erreur sur le nom, il vient de décrocher son bac au Bénin en 2008 avec la mention passable.

Un ABC des ABC, pour Arnaques Bêtes et Connes, se trouve ici et . Les Pieds Nickelés du Net ne manquent pas d’imagination.

signature.gif

22/10/2008

Madagascar fait du yo-yo avec la liberté de la presse

Madagascar figure à la 94è place ex aequo avec le Burundi (!!) sur le classement annuel de la liberté de la presse établi par Liberté de la presse.pngReporters sans frontières (RSF). Il s'agit de la deuxième plus mauvaise performance de Madagascar en la matière depuis l'établissement de ce classement en 2002. Cette année là, la Grande île était classée 65è sur 139 pays, puis 46è sur 166 pays entre le Japon et le Cap Vert en 2003, chute libre à la 72è place sur 167 pays, entre le Niger et le Burundi en 2004, regression confirmée en 2005 à la 97è place entre la Jordanie et la Turquie, avant de se ressaisir en 2006, 66è entre Centrafrique et le Togo, puis 62è ex aequo avec le Hong-Kong en 2007.

La progression de Madagascar, en 2007, a suscité l'ire des défenseurs locaux de la liberté de la presse pour qui Madagascar ne mérite pas cette place après une série d'expulsions de journalistes étrangers, de fermeture de stations de radio et des censures déguisées, pour ne pas dire menaces, sur des journalistes un peu trop entreprenant. Le commentaire de RSF, ci-dessous, a été quelque peu "chamboulé" par mes soins, mais sans que j'y ai changé une virgule.

 

Ce n'est pas la prospérité économique, mais la paix qui garantit la liberté de la presse. Tel est l'enseignement principal du classement mondial de la liberté de la presse, établi comme chaque année par Reporters sans frontières, et dont l'édition 2008 est rendue publique le 22 octobre. L'autre conclusion tirée de cette liste, où l'on trouve une nouvelle fois en dernière place le "trio infernal" Turkménistan (171e), Corée du Nord (172e), Erythrée (173e), est que le comportement de la communauté internationale envers des régimes autoritaires comme Cuba (169e) ou la Chine (167e) n'est pas assez efficace pour donner des résultats.

L'autre maladie qui ronge les démocraties et leur fait perdre du terrain dans ce classement est la corruption. Le mauvais exemple de la Bulgarie (59e), toujours lanterne rouge de l'Europe, rappelle que le suffrage universel, le pluralisme des médias et quelques garanties constitutionnelles ne sont pas des critères suffisants pour parler valablement de liberté de la presse. Encore faut-il que le climat soit favorable à la circulation de l'information et à l'expression des opinions. Les tensions sociales et politiques au Pérou (108e) ou au Kenya (97e), la politisation des médias, comme à Madagascar (94e) ou en Bolivie (115e), ou encore les violences dont sont victimes les journalistes d'investigation au Brésil (82e), sont l'illustration de ce poison qui gangrène les démocraties émergentes. Et le fait que ceux qui , dans une totale impunité, enfreignent la loi pour s'enrichir, et punissent les journalistes "trop curieux", est un fléau qui maintient plusieurs "grands pays" à des positions honteuses (le Nigeria est 131e, le Mexique, 140e, l'Inde 118e).

La liste établie pour la période allant du 1er septembre 2007 au 1er septembre 2008 met non seulement en évidence la place prééminente occupée par les pays européens (les 20 premières places sont tenues par les pays de l'espace européen, à l'exception de la Nouvelle-Zélande et du Canada), mais également la position très honorable de certains pays d'Amérique centrale et des Caraïbes(…) Les petits pays caribéens se classent même bien mieux que la France (35e), qui recule encore cette année en perdant quatre places, ou que l'Espagne (36e) et l'Italie (44e), deux pays toujours plombés par la violence mafieuse ou politique. Selon les critères retenus pour ce classement, il ne manque qu'un point à la Namibie (23e), un grand pays pacifié d'Afrique australe, qui se classe cette année en tête des pays africains devant le Ghana (31e), pour entrer dans le peloton des vingt pays les mieux classés.

Le point commun des pays du peloton de tête, aux disparités économiques immenses (le ratio entre le PIB par habitant de l'Islande et celui de la Jamaïque est de 1 à 10), est d'être gouvernés par un système démocratique parlementaire. Et, surtout, de n'être pas engagés dans une guerre.

Or, tel n'est pas le cas pour les Etats-Unis (36e sur le territoire américain, 119e hors territoire américain), Israël (46e sur le territoire israélien, 149e hors territoire israélien), où, pour la première fois depuis 2003, un journaliste palestinien a été tué par des tirs de l'armée.

La répression de l'Internet est également l'un des révélateurs de ces tabous tenaces. En Egypte (146e), des manifestations initiées sur Internet ont agité la capitale et inquiété le gouvernement, qui considère aujourd'hui chaque internaute comme un danger potentiel pour le pays. L'usage du filtrage est chaque année plus important et les Etats les plus répressifs n'hésitent pas à emprisonner les blogueurs. Si la Chine reste première au palmarès des "trous noirs du Web", déployant des moyens techniques considérables pour contrôler les internautes, la Syrie (159e) est devenue championne régionale de la cyber-répression. La surveillance y est tellement poussée qu'après la moindre publication critique, l'arrestation n'est qu'une question de temps.

15/10/2008

La crise expliquée aux victimes

(MFI) Pour tous ceux qui, par centaines de millions, La chute.jpgsinon par milliards, ne comprennent rien à la crise financière actuelle et se demandent ce qu’ils risquent à approcher de trop près la Bourse, un internaute imaginatif a trouvé une manière originale d’expliquer ce monde étrange.

 

Les singes et la bourse

 

L’auteur, Nadim Kalife, se présente comme un homme d’affaires, mais il est aussi un brillant économiste, qui enseigne sa discipline dans une université togolaise. Son histoire est comme un conte, qui vaut largement un cours magistral. Un de ces cours dont on sort guilleret, convaincu d’avoir tout compris, et pour toujours.

Un inconnu débarque, un jour, dans un village et annonce à ses habitants qu’il est prêt à leur acheter des singes pour dix dollars l’unité. Aussitôt, les villageois vont à l’assaut de la forêt, capturer des singes, par centaines et par milliers. Peu à peu, la population des primates s’amenuise, et les villageois doivent singe.jpgréduire la cadence.

L’inconnu annonce alors qu’il paiera désormais 15 dollars par singe. Motivés par cette nouvelle offre, les villageois redoublent d’ardeur dans la traque de ce qui reste de singes dans la forêt. Tant et si bien qu’ils n’en trouvent bientôt plus un seul. Le prix d’achat est porté à 20 dollars, mais il n’y a vraiment plus de singe dans la forêt. C’est alors que l’inconnu propose le prix de 50 dollars par unité, en prévenant qu’il va devoir s’absenter, laissant à son assistant la charge d’acheter leurs captures.

Dès lors qu’il a le dos tourné, son assistant rassemble les villageois et leur indique les cages, avec les milliers de singes que leur a achetés son patron. « Si vous le voulez, leur dit-il, moi, je vous cède ces singes à 35 dollars l’unité. Ainsi, lorsque mon patron reviendra, vous pourrez les lui revendre à 50 dollars. » Les villageois, aveuglés par la perspective de cet enrichissement facile, sortent toutes leurs économies, vendent leurs biens pour racheter les singes. Le magot encaissé, l’assistant disparaît dans la nuit. On ne le verra plus. Ni lui, ni son patron. Dans le village, rien que des singes, courant dans tous les sens. Et Nadim Kalife de conclure son histoire par un édifiant : « Bienvenue dans le monde de la Bourse ! »

Eh, oui ! Il y a quelque chose d’aventureux à vendre un singe à dix dollars, puis à le racheter à 35 dollars, en espérant le vendre une seconde fois à 50 dollars. Alors, l’on s’interroge : à quoi correspondent donc, dans le monde de la Bourse, ces singes que l’on vend et que l’on rachète à tour de bras ? Qui est cet habile inconnu, si manipulateur ? Quel est cet assistant, aigrefin d’exception ? Et qui sont ces villageois à la crédulité si ruineuse ?

 

Jean-Baptiste Placca

 

planete-des-singes.png

Je crois que je l’ai dit dans un post antérieur : j’adore « La Planète Des Singes ». C’est un film philosophique sur les conneries humaines. On ne descend pas des singes. C’est vrai. Ce sont simplement nos cousins. Mais un jour, si cela continue, on va régresser, et qui sait… planet of apes. La fin, avec les humains qui découvrent la statue de la liberté enfouie dans le sable, m’a rendu particulièrement songeur.

J’ajoute que l’on peut trouver des trucs intéressants dans la culture populaire. Tiens, j’étais étonné par un Gérard Villiers, l’auteur du hilarant SAS, qui a écrit dans un de ses romans, publié il y a environ vingt ans, que si les Blancs partent De Rhodésie, ce sera le chaos. Mugabe a confirmé sa prophétie. Idem en Afrique du Sud où la crise économique provoque un racisme inter-africain absolument honteux et où l’on se barricade dans des maisons-prisons pour éviter de mourir sous la hachette des cambrioleurs.

Avec la crise financière, il y a comme un début de fin de règne pour la civilisation occidentale. Pendant ce temps, la civilisation africaine peine à sortir de la jungle. Ne cherchez pas les raisons de nos problèmes ailleurs, elles sont enfouies en nous.

07/08/2008

Pourquoi le monde tremble face au réveil de la Chine

 

 

Censure, non respect des Droits de l'Homme, pollution... Les faces cachéeWeb Amnesty.jpgs de la Chine seront à la Une le temps des Jeux Olympiques. Tant mieux. Cela fera réflechir les adeptes de la pensée politique unique, deux systèmes économiques. Mais il faut simplement éviter de critiquer la Chine, comme on critique la mondialisation. L'essentiel est de comprendre et de composer avec. Le temps des rêves est fini avec la mort des idéologies. Sinon, on fera encore des détours inutiles de plusieurs années.

A l'occasion de l'ouverture des Jeux Olympiques donc, voici la Chine telle que l'on ne vous l'a peut-être pas encore dit, d'après un article de MFI.

Jeux Olympiques.jpg

(MFI) Les jeux Olympiques de Pékin seront l’occasion pour la Chine d’offrir une image de puissance et de modernité. Le développement économique de l’Empire du milieu est sans conteste impressionnant. Le pays est désormais la troisième économie mondiale. Mais les inégalités sont abyssales entre une côte Est très riche et des campagnes miséreuses. Les spécialistes redoutent l’explosion d’une bulle spéculative et immobilière. Pour certains, la pauvreté des campagnes sera un frein au développement. Jusqu’à présent, les faits ont donné tort à ceux qui prédisaient le pire pour Pékin.

La Chine est-elle désormais une superpuissance économique ?

L’Empire du milieu séduit autant qu’il effraie. Hier, il était considéré comme un vaste marché ouvert aux entrepreneurs audacieux, en quête d’une main d’œuvre travailleuse et bon marché. Aujourd’hui, il est vu comme un prédateur, dévoreur de matières premières, voleur d’emplois, responsable des délocalisations et de la hausse du prix du pétrole. Ce qui était un pays en pleine évolution redevient une dictature qui ne respecte même pas l’environnement.

Depuis qu’en 1978, feu le président Deng Xiaoping a fait le choix de « l’économie socialiste de marché », la Chine est devenue la troisième puissance économique mondiale (derrière les Etats-Unis et le Japon) avec un PIB de 3 280 milliards de dollars. « Simple retour à la normale », affirme-t-on à Pékin où l’on rappelle que la Chine a été la première puissance mondiale jusqu’en 1820 (elle représentait alors 30 % du PIB mondial), avant de rater la révolution industrielle et de sombrer dans la guerre de l’opium. Les préceptes maoïstes ont fait le reste.

Se donner le tournis avec les chiffres de l’économie chinoise est facile. Depuis trente ans, le taux de croissance est chaque année supérieur à 8 %. Il a encore été de 11,9 % en 2007, soit la cinquième année consécutive à deux chiffres. Le pays s’est transformé en un gigantesque chantier. Partout on construit des immeubles, des usines, des villes même. La Chine est le premier constructeur au monde d’autoroutes, de voies ferrées, de logements et de centrales électriques. C’est aussi le premier consommateur de ciment, de charbon et d’acier, et le 2e de pétrole. Le pays assure à lui seul 18 % de la croissance économique mondiale.

Loin des préceptes du Petit livre rouge, la consommation connaît une hausse vertigineuse. En ville, les grands magasins ne désemplissent pas, et l’image des nuées de bicyclettes a été remplacée par celle des encombrements automobiles. Grâce au développement économique, 300 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté, et le niveau de vie moyen double tous les huit ans. En 1990, on comptait zéro carte de crédit dans le pays, 100 millions en 2001, 802 millions aujourd’hui. « Pendant longtemps, vivre à crédit était considéré comme honteux par les Chinois, qui avaient le culte de l’effort et de la parcimonie. Aujourd’hui, la consommation à crédit est tendance », souligne Jean-François Huchet, le directeur du Centre français d’études sur la Chine contemporaine.

« Allez à l’étranger », scandait Deng Xiaoping. Les entreprises chinoises l’ont compris : 8 000 d’entre elles sont présentes dans 160 pays. En 2006, les investissements chinois à l’étranger ont représenté 12,3 milliards de dollars, soit une hausse de 120 % par rapport à 2005 ; 35 % de ces investissements sont réalisés dans les hautes technologies. A l’instar de Lenovo qui a racheté la division PC d’IBM. Parallèlement, 72 milliards ont été investis en Chine en 2007 par des firmes étrangères, surtout asiatiques.

Mais dans un pays de 1,3 milliard d’habitant, le PIB/tête – 2 200 dollars officiellement – représente moins de 20 % de celui des Etats-Unis. C’est une première dans l’histoire de l’économie mondiale : un pays en développement s’est imposé comme une grande puissance.

Le miracle économique chinois est-il durable ?

La question divise les experts. A en croire l’économiste Albert Keidel, du Carnegie Endowment for International Peace : « La performance économique de la Chine n’est pas un phénomène passager. Elle dure depuis plus de vingt ans et n’a aucune raison de s’arrêter. L’économie chinoise aura dépassé celle des Etats-Unis vers 2035. » Un avis que partage Patrick Arthus, auteur de La Chine (Ed Puf) : « La Chine est plus stabilisante que dangereuse pour l’économie mondiale. C’est une économie qui se développe vite et n’a d’autres choix que d’aller de l’avant. La Chine va encore croître et surprendre ses critiques. » Jusqu’à présent, les faits ont donné tort aux Cassandre qui annoncent régulièrement un ralentissement de la croissance chinoise. Néanmoins, les contraintes sont de plus en plus fortes pour Pékin.

Comme la Corée du Sud avant elle, sa stratégie de développement repose sur des bas salaires pour exporter en masse, puis favoriser une consommation intérieure qui complète le moteur de l’exportation. La différence est que, si Séoul avait fermé ses portes aux investisseurs étrangers pour protéger les entreprises nationales, la Chine a largement ouvert sa grande muraille. Résultat : plus de la moitié des exportations du géant asiatique sont le fait d’entreprises étrangères. « Il faut distinguer les produits “made in China et les produits made by China », insiste l’économiste Johanna Melka, citée par Le Monde. En outre, l’Empire du milieu serait peu compétitif. C’est ce qu’explique Johanna Melka : « Certes, les salaires sont bas par rapport aux standards occidentaux, mais ils augmentent rapidement du fait de la pénurie de main d’œuvre. Surtout, la productivité est faible, l’administration très lourde, les salariés qualifiés peu nombreux, les infrastructures souvent obsolètes. Cela donne des coûts salariaux unitaires supérieurs à ceux de certains pays asiatiques ou sud-américains. » D’autres pointent le retard de la Chine dans la recherche et développement, son manque de marques reconnues mondialement. Ce ne serait que l’atelier du monde, pas son centre d’ingénierie. « On faisait la même critique au Japon dans les années 70, à la Corée dans les années 80. Aujourd’hui, leurs marques sont synonymes de qualité, même dans le secteur des hautes technologies », rétorque l’économiste et sinologue Roland Lew. Au demeurant, TLC et Lenovo sont des marques qui commencent à s’imposer. On trouve même des 4X4 chinois sur les routes européennes. Certes, il est de bon ton d’ironiser sur leur qualité médiocre. Mais dans dix ans ?

Quels sont les principaux risques auxquels est confrontée l’économie chinoise ?

C’est le modèle de développement chinois qui inquiète le plus les économistes. « Pékin est trop dépendant du reste du monde. 70 % de son PIB provient du commerce extérieur et des investissements. La consommation intérieure représente moins de 30 % du revenu national, contre 65 % dans les pays développés. Que l’on assiste à une récession mondiale, et la Chine va trembler sur ses bases », analyse Andy Xie, économiste à la banque Morgan Stanley.

Aujourd’hui, l’économie chinoise semble lancée dans une vertigineuse course en avant, comme si la machine s’était emballée : les entrepreneurs construisent toujours plus d’usines, de nouvelles boutiques s’ouvrent tous les jours, les promoteurs lancent chaque semaine de nouveaux programmes immobiliers. Mais si un jour, il n’y avait personne à l’autre bout de la chaîne pour acheter et consommer... Les autorités chinoises redoutent une possible surchauffe ; elles ont renchéri le crédit, freiné les émissions de liquidités et augmenté les taxes. Mais rien n’y fait. Le taux de croissance a encore été de 11,9 % en 2007 alors que Pékin tablait sur 8 %. « Le comportement du gouvernement chinois ressemble à celui d’un surfeur qui négocie la crête d’une vague. Il veut éviter une chute trop importante de la croissance, mais craint d’être emporté par la surchauffe et l’inflation », observe un économiste européen à Pékin.

La sécurité énergétique est l’un des principaux goulots d’étranglement. En la matière, les besoins sont supérieurs aux ressources. Le pays a beau importer des hydrocarbures et des matières premières du monde entier – quitte à s’entendre avec des Etats mis au banc de la communauté internationale – les coupures de courant sont quotidiennes, obligeant les usines à stopper leur production. En février dernier, une émeute s’est produite dans une station-service de la ville côtière de Ningbo. Des centaines de camionneurs et automobilistes attendaient depuis des heures de remplir leur réservoir, quand on leur a annoncé que les cuves étaient vides et ne seraient pas réapprovisionnées avant plusieurs jours.

Autre bombe à retardement : la bulle immobilière et spéculative. De luxueux complexes de bureaux et d’appartements sortent de terre toutes les semaines. Mais ils se vendent difficilement. Le soir, dans les nouvelles villes chinoises, nombre de ces tours restent plongées dans le noir, faute d’habitants. Idem pour la Bourse. Depuis septembre 2007, on compte 200 000 ouvertures par jour de comptes en action, et le pays affiche désormais 60 millions de petits porteurs. Après le jeu de go, celui de la spéculation boursière. Mais la Bourse fait des yo-yo qui pourraient ruiner des milliers de petits épargnants.

Dernière menace : l’inflation. Celle-ci a atteint 7,5 % en 2007 ; mais 18 % pour les produits alimentaires, qui représentent le tiers des dépenses des ménages chinois. Certains produits battent des records, comme l’huile de soja (+58 %) ou la viande de porc (+43 %). Additionnée à la corruption et aux inégalités sociales, cette inflation provoque la colère. Les autorités multiplient les contrôles contre les ententes illicites entre producteurs ou entre commerçants. Un contrôle des prix a été institué pour le lait et les céréales. Cela n’empêche pas des manifestations contre la vie chère d’éclater sporadiquement. En novembre dernier, dans un magasin Carrefour de Chongqing, une promotion sur l’huile de colza a viré à l’émeute, faisant trois morts parmi les clients. Le gouvernement chinois n’a pas oublié qu’en 1989, c’est la hausse des prix qui a initié le mouvement social qui a débouché sur les manifestations de la place Tianenmen.

Entre la flambée des prix alimentaires, les yo-yo de la Bourse, la multiplication des projets immobiliers, les investissements industriels sans fin, les autorités chinoises essaient d’éteindre tous les incendies potentiels. Mais dans un pays de 1,3 milliard d’habitants, elles ne peuvent pas tout contrôler.

Les inégalités sociales constituent-elles une menace sérieuse ?

Début juillet, un millier de travailleurs migrants ont attaqué, trois jours durant, le poste de police de la ville Les-jeux-de-pekin.jpgde Kanmen, au sud de Shanghaï. Objet de leur courroux : le licenciement de plusieurs ouvriers, et l’impossibilité de nombreux autres d’obtenir une carte de résident, impérative pour avoir droit à la sécurité sociale. Cet incident illustre le malaise social persistant des campagnes chinoises. Selon l’Ong Human Right Watch in China, il y aurait eu 87 000 manifestations de ce type en 2007. Les causes sont diverses : salaires impayés, confiscations de terres, fermetures de dispensaires, abus de pouvoir des autorités locales… A en croire l’économiste Johanna Melka : « La Chine est aujourd’hui le pays le plus inégalitaire du monde. Jamais depuis 1949 (année de l’arrivée au pouvoir de Mao, NDLR), les disparités de revenus n’ont été aussi grandes. »

Un rapport de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) estime pourtant que le modèle chinois a su trouver un bon équilibre entre libéralisme et interventionnisme. A contrario, les recettes libérales du FMI n’ont jamais permis à un pays de sortir du sous-développement. De même, la libéralisation de l’économie chinoise en 1978 aurait permis, selon la Banque mondiale, la plus forte baisse de pauvreté de l’Histoire, puisque 74 % des Chinois vivaient sous le seuil de pauvreté en 1981 et 15 % en 2004 : 300 millions de personnes ont ainsi échappé à la misère. Néanmoins, la différence de développement est abyssale entre la côte Est et le reste du pays. A Pékin, Shanghai ou Canton, les grandes marques occidentales alignent leurs boutiques, les enseignes sont clinquantes et les automobiles toujours plus nombreuses. Mais à 3 000 km de là, dans la province du Gansu, les routes des villages ne sont pas bitumées, les maisons n’ont pas l’électricité et aucun médecin n’est présent. L’envoyé spécial du Monde se rappelle un paysan qui ne buvait que de l’eau chaude sucrée car le thé – pourtant boisson nationale – était trop cher. Les statistiques confirment ces images. Le revenu moyen des paysans est trois fois inférieur à celui des citadins. Pire : dans les grandes villes, le revenu par habitant est comparable à celui de l’Union européenne, alors que dans les régions les plus pauvres, il est au niveau de la Namibie. On est loin de la « société harmonieuse » prônée par le Premier ministre Wen Jiabao. « Non seulement les paysans chinois ne profitent pas de la croissance économique, mais ils en souffrent puisque leurs terres leur sont confisquées afin de construire des usines », ajoute Johanna Melka. Ils sont également victimes des atteintes à l’environnement du fait de l’industrialisation (voir article ci-après).

La Chine comptait un milliardaire (en dollars) en 2003, 15 en 2005 et 106 en 2007. La presse aime à dresser le portrait de ces tycoons qui roulent en Jaguar, habitent une réplique du château de Versailles et voyagent en jet privé. On parle moins des 200 millions de travailleurs migrants, les mingong : des paysans pauvres de provinces défavorisées qui tentent leur chance en ville, travaillant 18 heures par jour, 7 jours sur 7, logés collectivement dans des taudis, payés une misère, ne disposant pas de permis de résidence – le houkou – qui leur permettrait d’inscrire leurs enfants à l’école et de bénéficier d’une couverture médicale.

« Les Chinois ne souffrent pas de l’absence de liberté politique au sens où vous l’entendez en Europe, avec des partis divers, une presse libre, puisqu’ils n’ont jamais connu cette situation. Par contre, ils n’admettent pas les inégalités sociales criantes, les abus des hiérarques locaux du Parti communiste, la corruption croissante, l’impossibilité de se faire soigner ou d’inscrire leurs enfants à l’école, quand certains de leurs compatriotes vivent comme des nababs. La nouveauté est qu’aujourd’hui, ils osent manifester », souligne, dans Libération, le sociologue hongkongais Chen Xiwen.

Conscient du problème, le gouvernement chinois a adopté, en 2006, un plan de développement des campagnes qui met l’accent sur l’amélioration des infrastructures, la mise en place d’un système d’assurance sociale, la valorisation des terres. Mais ses effets tardent à se faire sentir. Selon l’économiste Andy Xie : « Alors que son taux de croissance dépasse 10% chaque année, la Chine n’affecte que 1,6% du PIB au soutien des campagnes. La priorité est là désormais car l’explosion des inégalités fragilise la poursuite du développement. »

Attaqué sur sa droite par ceux qui critiquent son libéralisme et sur sa gauche par ceux qui réclament une accélération des réformes, le Parti communiste chinois sait qu’aujourd’hui sa légitimité est l’enrichissement de la population. Celle-ci ne doit donc surtout pas connaître un coup d’arrêt.

Jean Piel