Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2010

Un peu de tendresse dans ce monde de brutes

En feuilletant de vieux livres que j'ai ramené de mon week-end de la PentecôTatamo.jpgte à la campagne, je suis tombé sur cette page que j'ai trouvé extraordinaire. Il est publié dans la revue littéraire "Tatamo", datée de 1953. Je ne m'attendais pas à trouver une pièce littéraire sur le camp militaire de Fort-Duchesne où vient de se dérouler un événement malheureux, le 20 mai 2010 : la mutinerie de quelques éléments du camp, manifestement monnayés, s'est soldé par 5 morts et des dizaines de blessés. J'ai décidé donc de partager ici ce moment de tendresse en ce moment où la brutalité règne à Madagascar. C'est ma contribution au retour au calme.
Notre maison de campagne est un véritable caverne d'Ali Baba pour bibliophile. C'est le résultat de plusieurs années de collections par mon père. A chaque fois que j'y passe, je ramène toujours quelques livres rares. Parfois, il s'agit de livres que j'ai déjà lu étant enfant.

Fort-Duschene.jpg

03/10/2008

« Paris-Match », le mémorial de mon temps

La vie s’arrête quand on n’est plus teenager. Après, on passe son existence à « revivre » ses tendres années. Parmi les choses qui meParis-Match Benoît XVI.jpg remémorent mon jeune âge figurent le magazine « Paris-Match ». J’ai appris à lire avec en même temps que « L’Express » et la « Sélection du Reader’s Digest ». Mon père était même abonné à son digest annuel, le volumineux « Mémorial de notre temps », que je dévorais sans jamais me rassasier. C’était avant 1975. Je commençais à peine à aller à l’école. Oui, je suis de la culture populaire. Voilà pourquoi, je me retrouve mieux dans « Rock & Folk » que dans « Les Inrockuptibles ». Je préfère me mettre en tee-shirt qu’en costume-cravate. Ce qui ne m’empêche pas, de temps en temps, d’avoir des goûts de luxe…

Ceci dit, dans l’avion qui me ramenait de Paris, je n’ai pu m’empêcher un vieux réflexe : garder les journaux que l’on propose en lecture. J’avais la chance de tomber sur le numéro de « Paris-Match » avec le pape Benoît XVI en couverture. Celui-là, je l’ai raté deux fois : je ne suis pas allé à la grand-messe aux Invalides (comme les deux bonnes sœurs malgaches photographiées par Match) alors que j’aurais pu, ni aller à Lourdes car je ne savais pas qu’un car gratuit était à la disposition des fidèles du Val d’Oise. Non, je ne suis pas catholique. Mais tout ce qui est people m’intéresse. Et le pape est une superstar à sa manière.

Paris-Match sisters.jpg

 

Je retrouvais donc le « Paris-Match » de mon enfance. Et je l’ai lu avec une passion intacte. Cela dure depuis des années. A bien y réfléchir, c’est ce genre de lecture qui m’a orienté vers le journalisme. Tiens, j’y ai même dégoté une réponse à Valiavo Andriamihaja Nasolo Frédéric (Vanf), excellent chroniqueur du reste, qui se posait la question sur la possibilité de « ouragan raciste », ici, en évoquant le désastre provoqué par l’ouragan Ike sur Haïti et non à Saint-Domingue, deux pays qui se trouvent pourtant sur une même et unique île. La réflexion n’étonne pas ceux qui connaissent le registre de Vanf. Les éléments ne font pas de discriminations entre les humains. La véritable raison est dans l’article qui suit, extrait de « Paris-Match », n° 3096, du 18 au 24 septembre 2008, p. 85.

Historique d’un désastre

La fréquence des ouragans et leurs dégâts augmentent depuis le début du XXè siècle. Les spécialistes constatent que la déforestation est un facteur aggravant car les pluies ruissellent désormais sur les reliefs sans être arrêtées par la végétation, et la nudité de la terre aggrave les effets du ruissellement. L’autre partie de l’île, Saint-Domingue, ne connaît pas de catastrophe d’une telle ampleur. Le départ des colons après les massacres de 1806 a désorganisé les plantations. L’anarchie politique persistante a empêché tout développement rationnel et suscité un défrichement sauvage. La France réclame, pour compenser la « nationalisation » des plantations, 90 millions de francs en 1825, sous la menace d’une flotte de guerre. Cette saisie aggrave encore la situation. Puis la crise de la canne à sucre, concurrencée par la betterave, affaiblit les recettes. La « perle des Antilles » était pourtant la plus riche colonie française avant 1790, grâce à la canne à sucre et à l’indigo. 1957-1986 : les Duvalier instaurent une dictature sanglante. La terreur qu’ils font régner a ravagé ce qu’il restait des forêts puisqu’elles servaient de refuges aux opposants. La terre est nue, qui fut autrefois si féconde. Deux millions d’Haïtiens fuient les massacres.

 

Haïti.jpg

Reconstitution haïtienne du « Radeau de la Méduse ».

J’ai gardé le meilleur pour la fin. Une banale critique de film (« Parlez-moi de la pluie » d’Agnès Jaoui) qui flirte avec la littérature. Quelque part, le journalisme est l’art d’intéresser les lecteurs à ses coups de cœur et, hélas aussi, à ses coups de gueule. Je n’aimerais probablement pas l’opus, comme la majorité des productions françaises, même si Jamel Debbouze est au générique, mais j’ai flashé sur le commentaire. C’est comme manger dans un restaurant gastronomique : la longueur de l’intitulé des menus est inversement proportionnelle à la quantité proposée. Mais qu’est-ce que c’est poétique. Rien qu’en les lisant, on n’a déjà plus faim. Avant-goût.

Impers et manques

«Vider les placards incitent à vider les sacs… de nœuds familiaux (…) Les gens ressemblent souvent à leurs maisons de famille : les façades solides cachent des murs lézardés par de vieilles blessures causées par des tremblements de terre prénatale et des dégâts des eaux troubles de la jeunesse. Et ce sont ces petites catastrophes naturelles, ces fissures affectives qui sculptent les êtres humains. En fait, ne sommes-nous pas tus des losers magnifiques essayant simplement d’avoir la force de vivre malgré nos faiblesses ? (…) à la santé de nos existences fluctuantes comme la météo. Nous qui aspirons à posséder l’éclat du soleil, le charme rare des aurores boréales, la puissance des ouragans, l’autorité du tonnerre et l’infinité du ciel, nous nous bornons, humbles mortels, à vivre un temps variable, traversé d’éclaircies et d’averses, avec, au final, un ultime coucher du soleil sur une nuit éternelle. Alors, en attendant, on fait de notre mieux… »

Alain Spira

23/05/2008

Jaojoby, la biographie


Ce n'est pas encore en librairie.  En grande première, voici le projet de couverture du livre que je suis en train d'écrire sur Jaojoby Eusèbe, le roi du salegy. Vous savez peut-être que Jaojoby Eusèbe est à l'affiche de l'Olympia le 20 septembre 2008. Et bien, comme lors de Mahaleo, je vais sortir une biographie du king. Avec son accord, naturellement...
Que ceux qui s'intéressent au parcours du chanteur, qui a commencé par des interprétations de James Brown avant de virer Tropical, se manifestent en m'écrivant. La présentation sera plus luxueuse (photos à gogo en quadrichromie sur papier glacé) que le livre sur Mahaleo. En avant-goût, j'offre en écoute une surprenante composition de Jaojoby, du temps où il était plus connu par son prénom, Eusèbe : "Magnino Ndreky", enregistrée en 45 tours avec les Players, en 1977.
La sortie du livre est prévue avant l'Olympia.podcast

22/05/2007

« La saga Mahaleo »

L’histoire du groupe par Randy Donny Un livre passionnant sur la genèse du groupe Mahaleo.

      L’histoire des Mahaleo autrement, c’est le thème du livre de notre confrère Randy Donny et qui a été édité très récemment par « Dread Production ». Selon les propres termes de l’auteur, « La saga Mahaleo » est « le premier travail véritablement approfondi sur l’histoire du groupe, ses origines, ses membres, son parcours avec ses heurs et ses malheurs ». Ainsi à la lecture de cet œuvre, le lecteur serait à même d’appréhender une des raisons possibles de la popularité ainsi que de la longévité de ce groupe légendaire.
    A travers les 150 pages de cet opus divisé en sept chapitres, Randy Donny nous fait revivre « l’esprit de mai 72 » qui a été à l’origine de la formation du groupe, les origines de chacun de ses membres, les hauts et les bas par lesquels le combo est passé, pour en arriver à là où il en est actuellement, c’est-à-dire, à la veille de se produire dans la plus mythique des salles de concerts au monde, l’Olympia.
Cet ouvrage « est tout sauf complet et définitif », écrit l’auteur comme pour se disculper d’avoir écrit sur ces superstars ainsi que d’avoir soulevé un peu du secret de leur intimité, les ramenant au rang du citoyen lambda qu’ils ne sont et ne seront plus jamais.

Randria N.
Publié dans "Madagascar Tribune" du 21/05/07

14/02/2007

Air Madagascar s’offre un musée sous la forme d’un livre pour ses 45 ans

medium_Hotesses_1963.2.jpgAir Madagascar a 45 ans. Cet anniversaire se doit d’être commémoré dignement. Il y en a qui élève des stèles. La compagnie aérienne nationale a opté pour un livre retraçant son histoire. Sur l’initiative d’Erick Rabemananoro, directeur du Département communication de la compagnie aérienne, le livre vient d’être « révélé » hier.  
« 45 ans de passion aux couleurs malgaches » est juste un livre. Mais au fil des pages, on a l’impression de visiter un musée, notamment avec ses nombreuses illustrations. Mais au contraire d’un musée, que l’on se doit de visiter avec précipitation en quelques heures, avec l’aide d’un guide, le livre se lit et se relit avec plaisir pendant plusieurs jours avec, en guise de guide, votre imagination. L’aviation a fait rêver les pionniers. Elle continue toujours de faire rêver à travers les générations. Tout est là, des débuts de l’aviation à Madagascar, en 1911, au contrat de gestion avec Lufthansa Consulting, en 2002, en passant par la naissance, en 1967, de Madair, devenue un an plus tard, le 8 décembre 1962, Air Madagascar… Pour la petite histoire, encore que tout est ici avec un grand H, une société privée a été créée en 1947 sous l’appellation d’Air Madagascar. La compagnie exploitait des lignes intérieures, mais n’a rien à avoir avec l’actuelle Air Madagascar, malgré l’appellation identique. Une autre anecdote qui ferait sourire les esprits cartésiens, mais qui illustre bien le caractère « malgache », dans le bon sens du terme, de la compagnie, date de 1979. Lors du vol inaugural du Boeing 747 depuis Paris, l’appareil transportait la dépouille mortelle d’une jeune fille qui devait être enterrée au pays de ses ancêtres. Arrivée à Ivato, la soute refusait de s’ouvrir. L’avion a donc dû rallier la Réunion avec le cercueil, pour demander aux techniciens locaux ce qu’il faut faire. La soute fonctionnait normalement. Mais de retour à Tana, elle refusait de nouveau de s’ouvrir. De guerre lasse, on décide de se plier au rite traditionnel en pareils événements : verser du rhum. Et là, la soute s’ouvrit comme par enchantement…    

Avec l’aide d’une pléiade de collaborateurs, Erick Rabemananoro, laisse ici, de fort belle manière, ses empreintes sur le boulevard de ceux qui ont fait l’histoire d’Air Madagascar. Passionné d’aéronautique, il fait partie de ceux qui ont été toujours fascinés par les airs. Depuis plus de dix ans, il s’embarque quotidiennement sur… « Flight simulator » pendant deux heures. Une version officielle aux couleurs d’Air Madagascar du fameux jeu de simulation de Microsoft est en cours. Ceux qui sont intéressés par l’histoire de l’aviation à Madagascar sont invités à se procurer l’ouvrage. Embarquement immédiat.

Randy Donny

Publié dans "Les Nouvelles" du 14 février 2007, p. 18 (http://www.les-nouvelles.com) 

 

Photo en médaillon, la première promotion d'hôtesses de l'air d'Air Madagascar en formation à Paris, en 1963. 

18:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Livre, aviation |  Facebook